Questions/Réponses à l'Expert

Des spécialistes du droit sont à votre écoute pour répondre à toutes vos questions. Titulaires au minimum d'une maitrise de droit, ils ont pour la grande majorité d'entre eux acquis une spécialisation par un Master dans différentes matières.

Nos juristes spécialisés vous informent sur vos droits en toute confidentialité.Poser une question

Reprise temporaire d'activité et allocations chômage

  
J'ai travaillé en 2008 du 01/05/2008 au 31/12/2008 dans le cadre d'un CDI comme serveuse dans une brasserie. Depuis le 01/01/2009, je suis inscrite comme demandeuse d'emploi et perçoit le chômage. J'ai trouvé un CDD saisonnier du 01/07/2009 au 31/08/2009.
Aurai-je droit à compter du 01/09/2009 aux allocations chômage ? Je précise : si je comprends bien la nouvelle réglementation depuis le 01/04/2009, j'aurais travaillé 10 mois sur les 28 dernier mois. cela me donne droit à 10 mois d'allocation.
Sachant que j'ai déjà perçu 6 mois d'allocation, dois-je comprendre que j'aurai encore droit à compter du 01/09/2009 à 4 mois d'allocation ?
Réponse de l'expert: 

Deux cas peuvent se présenter lorsqu’un demandeur d’emploi a bénéficié d’allocations chômage et a repris une activité professionnelle. A l’issue de la rupture de la nouvelle activité, le pôle emploi va indemniser l’assuré soit au titre de la réadmission, soit au titre de la reprise des droits.


La réadmission correspond à l’ouverture d’une nouvelle période d’indemnisation faisant suite de la reprise d’une activité professionnelle à l’issue d’une première période de chômage indemnisé. Dans cette hypothèse, seuls les revenus issus des périodes ouvrant de nouveaux droits sont pris en considération.
La reprise des droits est la situation où l’allocataire n’a pas épuisé la totalité de ses droits appelés « reliquat » en l’absence d’une nouvelle ouverture de droits.

Ainsi lorsqu’un salarié privé d’emploi justifie à nouveau de l’une des durées d’affiliation (6 mois au cours des 22 derniers mois), sa situation est obligatoirement examinée en vue d’une réadmission même s’il existe un reliquat. Seules sont prises en compte les périodes d’activité ou de périodes assimilées postérieures à la fin de contrat de travail précédemment pris en considération pour l’ouverture des droits.

En cas de présence de droits au titre d’une précédente indemnisation, l’Assédic compare le montant global des droits restant et celui des nouveaux droits, ainsi que le montant de l’allocation du premier droit et celui de l’allocation du deuxième droit.
Le montant global et le montant de l’allocation les plus élevés sont retenus par l’Assédic. La durée d’indemnisation est calculée en divisant le montant global par le montant de l’allocation journalière retenu.
En outre, le montant des allocations journalières retenu tient compte du salaire journalier de référence, revalorisé, de la partie fixe et de l’allocation minimale en vigueur à la date de la réadmission.

Par exemple un salarié privé d’emploi de moins de 50 ans est admis au bénéfice d’une allocation de 26 € pour une durée de 700 jours. Après 400 jours d’indemnisation, il retrouve une activité professionnelle salariée. Admis au bénéfice d’une nouvelle indemnisation, il s’est ouvert un droit à une nouvelle allocation de 29 € pour une durée de 213 jours.
Le montant global du reliquat :
26 € x 300 jours (soit 700-400) = 7 800 €
montant global des droits nouveaux :
29 € x 213 = 6 177 €
le demandeur d’emploi percevra donc les allocations journalières de 29 € pendant 269 jours (7 800 / 29) pour un montant total de 7800 €.

En revanche, la reprise des droits n’est admise qu’à condition que l’allocataire ne soit pas déchu de ses droits (le délai écoulé entre la date d’admission à la période d’indemnisation initialement ouverte ne peut être supérieur à la durée de cette période augmentée de trois ans), ne justifie pas d’une durée d’affiliation permettant la réadmission et remplisse les autres conditions d’ouverture des droits (inscription sur la liste des demandeurs d’emploi, aptitude physique à l’exercice d’un emploi, condition d’âge, de résidence, de chômage involontaire, et recherche effective d’emploi).

Nos juristes spécialisés vous informent sur vos droits en toute confidentialité.Poser une question

Votre pseudonyme apparaîtra en signature de votre réaction.
Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.


Règles de conduite

  • Tous les propos contraires à la Loi sont proscrits.
  • La publicité commerciale n'est pas autorisée.
  • En réagissant à cet article, vous autorisez la publication en ligne de votre contribution.
  • Une orthographe et une mise en page soignées facilitent la lecture : évitez majuscules et abréviations, pensez aux accents.
* Champ obligatoire