Job d'été : trouver le bon plan

Job d'été : trouver le bon plan

Pour les étudiants, les petits boulots d’été sont l’occasion de gagner de l’argent et de muscler leur CV. Voici des pistes adaptées aux compétences de chacun.

Pour trouver un job d'été, ciblez en priorité les entreprises qui ­enregistrent une hausse d’activité en été.

L’hôtellerie et la restauration sont les secteurs qui recrutent le plus », confirme Yasmina Haddou-Essom, rédactrice en chef emploi chez Studyrama, groupe spécialisé dans l’orientation des jeunes.

Le secteur du tourisme propose notamment des offres d’accompagnateurs pour les croisières (www.ponant.com, www.msccroisieres.fr). De nombreux sites généralistes ­permettent de décrocher un job : www.iquesta.com, www.letudiant.fr, www.jobetudiant.net, www.sourcea.fr, www.studyrama-jobs.com.

Côté salaire, ces petits boulots sont souvent payés sur la base du Smic (1 445,38 € brut par mois).

Serveur ou plongeur

Le plus souvent, pour décrocher un job, il faut faire du porte-à-porte auprès des restaurants, des hôtels et des entreprises touristiques et déposer un CV en mains propres. Le contact direct permet de montrer qui vous êtes et de voir à qui vous avez affaire.

Parmi les métiers qui s’apprennent facilement sur le tas, serveur, plongeur, commis de cuisine ou portier sont les plus courants (www.lhotellerie-restauration.fr). Si vous êtes téméraire, traversez la Manche : les petits « frenchies » sont appréciés en Angleterre (www.londonjob.net).

Distribuer des prospectus ou devenir hôtesse

Si vous avez encore des matières à réviser au cours de votre été, pensez à un job de street marketing (marketing de terrain, en français). Vous ne travaillerez que de temps en temps sur des missions ponctuelles d’animation promotionnelle, dans la rue ou dans des lieux publics. Les qualités requises sont le sourire, le dynamisme et… l’endurance.

Même si ce n’est pas dit, les filles plutôt grandes et minces sont souvent préférées pour rentrer dans les costumes standards aux couleurs de la marque. Pour trouver les coordonnées des agences, tapez « Street marketing » dans votre moteur de recherche, puis le nom de votre région, ou contactez une agence nationale (www.cityone.fr, www.maristelo.fr, www.gaiamedias.com ou www.novadream.fr).

Moniteur de colonies

Pour postuler à un boulot d’animateur, mieux vaut détenir un Bafa, ou brevet d’aptitude aux fonctions d’animation (www.bafa.fr). La formation peut être financée par les aides publiques (caisse d’allocations familiales, direction régionale de la Jeunesse, conseil général ou mairie).

Pour devenir moniteur, vous devez être ouvert, dynamique, responsable et aimer les enfants. Si vous avez déjà fait du baby-sitting ou encadré des jeunes, mentionnez-le.

Les demandes de poste s’effectuent sur des sites spécialisés (www.animnet.com, www.planetanim.com, www.animjobs.com et www.jobanim.com) ou sur celui des organisateurs de séjours (www.vmsf.org, www.leolagrange.org). Si vous parlez bien anglais, vous pourrez profiter du programme Camp Counselor permettant à des jeunes de travailler aux États-Unis (www.ccusa.com).

Gardien d’animaux ou prof de musique

Pour les amateurs d'animaux, trouvez un job de garde à domicile sur les sites tels que www.animaux-service.com  .

Si vous aimez les enfants, vous pouvez opter pour le baby-sitting (youpala.com, www.bebe-nounou.fr) et si la musique vous fait vibrer, donnez des cours (www.kelprof.com). On le voit, chacun a des compétences particulières à exploiter. 

Signez un contrat de travail !

Le job d’été implique souvent la signature d’un contrat à durée déterminée (CDD) stipulant une période d’essai et le paiement de cotisations salariales et patronales (assurance-maladie, chômage, vieillesse…).

Attention aux contrats saisonniers (cueillette, tourisme) ! Contrairement aux CDD, ils n’entraînent pas le versement d’une prime de précarité. À la fin du contrat, l’employeur doit remettre une attestation de travail pour Pôle emploi, un certificat de travail et un reçu pour solde de tout compte.

Enfin, les étudiants de moins de 26 ans sont exonérés d’impôt sur les salaires perçus pendant les études ou les périodes scolaires, dans la limite de trois mois de Smic pour une année.

Auteur : Catherina Catsaros
Date de première mise en ligne : 19/03/2012

Autre article : Etudiant : bourse, logement, prêt

1 RÉACTIONS À L'ARTICLE
Par michala Jeudi 28 mars 2013
honteux

depuis 2001 fautes que mes droits aux chômage sont épuisés fautes des lois attendre 1 ans voir deux ans à ,trois ,comment faire pour faire une formation et la payer ,et aujourd'hui à 57 ans ,face aux jeunes je me vois mal ,ou avoir quelqu'un pour du piston ,rien de plus de facile ,bien qu'avant en 1973 les patron payées ses ouvriers contrairement à notre époque ,ou il n'y a que l'argent qui compte ont prend deux à trois mois ou six et ont change ,rentable non

Votre pseudonyme apparaîtra en signature de votre réaction.
Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.


Règles de conduite

  • Tous les propos contraires à la Loi sont proscrits.
  • La publicité commerciale n'est pas autorisée.
  • En réagissant à cet article, vous autorisez la publication en ligne de votre contribution.
  • Une orthographe et une mise en page soignées facilitent la lecture : évitez majuscules et abréviations, pensez aux accents.
* Champ obligatoire