Construire une maison en bois

Batch operation process

Le bois s’invite de plus en plus dans la maison. Sa mise en œuvre rapide et ses qualités d’isolation lui ouvrent les portes de nos demeures. Seul son prix reste un frein.

De nombreux Français se laissent gagner par l’attrait du bois. Depuis quelques années, bien que restant encore marginale, sa part dans la construction augmente régulièrement. « Pour adjoindre une suite parentale à notre maison, nous devions construire une extension, explique Jean-Bernard Cazaumayou, qui vit en région parisienne, mais nous ne voulions surtout pas créer une “verrue architecturale”. Nous avons choisi le pin pour le contraste qu’il crée avec le reste du bâtiment, mais aussi parce que c’est un matériau naturel, chaleureux, qui respire et qui vieillit bien. »

Cet engouement s’expliquerait, selon Bertrand Perri, du cabinet Xerfi, auteur d’une étude sur « Le marché français des maisons en bois à l’horizon 2015 », par « une sensibilité accrue à la cause environnementale et une réglementation de plus en plus favorable aux logements économes en énergie », un atout dont peut se prévaloir le bois. 

« Depuis quatre ans, nous constatons une augmentation des demandes, confirme Maïté Aso, du bureau d’études aquitain Confort bois. Le grand public s’y intéresse de plus en plus. » La première motivation de ses clients est la préservation de l’environnement. Grâce à la photosynthèse, les forêts absorbent une grande quantité de CO2 et cette capacité de stockage ne cesse pas une fois l’arbre coupé. On estime ainsi qu’un mètre cube de bois stocke une tonne de carbone.

Maison en bois : des qualités d’isolation

« L’autre intérêt, c’est l’efficacité énergétique », poursuit Maïté Aso. Car le bois est quinze fois plus isolant que le béton et certains procédés de construction, comme les panneaux de bois massifs, permettent d’éviter les ponts thermiques. On peut réaliser 20 à 30 % d’économies de chauffage par rapport à une construction maçonnée, estime le Comité national pour le développement du bois (CNDB). Avantage supplémentaire, la légèreté du bois permet d’édifier des bâtiments sur des terrains qui n’auraient pas supporté une construction traditionnelle.

Enfin, les chantiers sont souvent plus rapides, car le gros œuvre ne nécessite pas de séchage et certains éléments peuvent être préfabriqués en usine avant d’être montés sur le chantier. Étienne Mégard, architecte à l’origine d’un immeuble de trois niveaux dans le XIXe arrondissement de Paris, se souvient de la surprise des voisins : « Nous montions un niveau par semaine ; en un mois, le gros œuvre était terminé et un bâtiment de bois se tenait en face de chez eux. Plutôt inhabituel ! »

Ces qualités ne doivent pas masquer les difficultés liées à la mise en œuvre du bois, à commencer par la crainte d’une infestation de termites. Mais depuis 2006, quel que soit le matériau choisi, la loi oblige à appliquer un traitement insecticide ou une barrière physique en zone de lutte contre les termites, définie par arrêté préfectoral. Autre inquiétude liée au bois : le feu. « Elle est totalement injustifiée, corrige Maïté Aso. Le bois se consume très lentement et reste en place alors qu’une structure en acier va se déformer et s’effondrer. »

Le prix des maisons en bois, un frein à leur développement

Le surcoût engendré par une construction bois, lui, est bien réel. « Nos maisons reviennent à environ 2 000 €/m2 clés en main, estime-t-elle, contre 1 200 à 1 300 € pour une construction traditionnelle. Mais ce surcoût est au final amorti par l’efficacité énergétique du bâtiment. » Un investissement sur l’avenir, en somme.

Des aides pour pallier le surcoût

Le nouveau prêt à taux zéro (PTZ+), mis en place depuis le 1er janvier 2011, est attribué aux primo-accédants pour leur résidence principale. Les montants et plafonds diffèrent en fonction des revenus, de la localisation et de la performance énergétique du logement.

Un prêt bancaire peut vous être accordé pour un projet de construction garantissant une certaine efficacité énergétique. À la différence du PTZ +, il est accordé aussi pour une résidence secondaire.

Une exonération de taxe foncière temporaire est accordée par certaines communes aux particuliers qui construisent un logement certifié Bâtiment basse consommation (BBC). Tous ces dispositifs sont détaillés sur les sites de l’Agence nationale pour l’information sur le logement (www.anil.org) et de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (www.ademe.fr).

En savoir plus sur les maisons en bois

La librairie en ligne www.lalibrairiedubois.fr offre un grand choix de livres sur le bois (architecture, techniques, réglementation…). Le salon Maison Bois d’Angers, référence en matière de construction en bois, réunit tous les professionnels du secteur. Prochaine édition : du 14 au 17 octobre 2011 (www.salon-maison-bois.com).