Combien ça coûte fiscalement d’aménager sa maison en 2018 ?

Combien ça coûte fiscalement d’aménager sa maison en 2018 ?
Combien ça coûte fiscalement d’aménager sa maison en 2018 ? - ©Bombaert

La taxe d’aménagement croît en 2018. Agrandir sa maison va donc coûter plus cher…

Dans certains cas, réaliser des travaux d’agrandissement dans son logement ou son jardin implique le paiement de taxes qu’on oublie souvent de budgétiser.

La taxe d’aménagement (TA) est l’une d’entre elles ! Elle est due par le propriétaire qui réalise des travaux requérant une autorisation d’urbanisme (déclaration préalable de travaux ou permis de construire).

Son montant est égal à la surface taxable de la construction x valeur forfaitaire x taux fixé par les différentes collectivités locales.

Hausse de la taxe d'aménagement

Pour la majorité des travaux (aménagement de combles ou de cave, construction d’une véranda…), la valeur forfaitaire nationale augmente en 2018 pour atteindre 726 euros (823 euros en Ile-de-France), au lieu de 705 euros en 2017 (799 euros en Ile-de-France).

Pour une minorité d’entre eux, elle est différente. C’est le cas, par exemple, du creusement d’une piscine, pour laquelle elle correspond à 200 euros/m2.

Les constructions inférieures ou égales à 5m2 échappent à cette taxe. De plus, les 100 premiers m2 de la résidence principale bénéficient d’un abattement de 50 %. Les collectivités locales sont libres d’exonérer de la TA certains travaux, jusqu’à 100 % des abris de jardin supérieurs à 5m2 ou jusqu’à 50 % de la surface au-delà des 100 premiers m2 des habitations principales financées par le prêt à taux zéro (PTZ) par exemple. Le contribuable ne paie la TA qu’une fois, après avoir reçu l’avis d’imposition du fisc. Son paiement est réparti sur deux années quand son montant excède 1 500 €.

Cas pratique

En 2018, Mr X aménage les combles de sa résidence secondaire. La surface créée sous les combles supérieure à 1,80 m est de 35 m2, le taux d’imposition appliqué au projet, de 3 % au profit de la commune, et de 1 % au profit du département. Il devra s’acquitter de 1 016,40 euros de TA, soit la part communale fixée à 762,30 euros (35 x 726 x 3 %) et la part départementale, fixée à 254,10 euros (35 x 726 x 1 %).