Apprendre à bricoler, rien de plus facile !

Apprendre à bricoler, rien de plus facile !
Pour ceux qui ont envie de bricoler mais n’y connaissent rien, il est toujours temps d’apprendre et même de se faire aider. - © Mr_Twister

Le bricolage, c’est loin d’être inné. Plusieurs méthodes existent pour parvenir à se débrouiller seul et réaliser, au final, de substantielles économies sur son budget maison.

Le marché du bricolage ne cesse de croître : + 2 % en 2016 d’après l’Union nationale des industriels du bricolage et de l’aménagement du logement. Nécessité économique – les travaux faits maison reviennent moitié moins cher que ceux confiés à des professionnels – ou vrai plaisir, près d’un Français sur deux déclare bricoler chez lui. Fixer une étagère, poser du carrelage ou du parquet, ragréer un sol, enduire un mur, peindre un plafond, changer le joint autour de la douche, réparer une chasse d’eau, remplacer une prise électrique... Pour ceux qui ont envie de bricoler mais n’y connaissent rien, il est toujours temps d’apprendre et même de se faire aider. Quelle que soit la méthode choisie, « mieux vaut commencer modestement par une pièce au lieu de se lancer dans des travaux dans toute la maison », suggère Pierre, aujourd’hui bricoleur confirmé, capable de refaire l’électricité de son moulin landais.

Se former en regardant les autres

Pierre a appris comme ça : « En observant les artisans et les amis qui savent faire. Je touche aujourd’hui à presque tout, sauf aux installations de gaz, sécurité oblige. Et je suis hyper-prudent avec tout ce qui concerne la plomberie. » Nadine et Yannick, qui rénovent une chaumière en Bretagne, font leur apprentissage en regardant des tutoriels, « mais quand il s’agit de travailler la chaux, on compulse des livres de pros pour avoir les bons dosages, notamment ».

À chacun sa méthode. À côté des magazines comme Système D ou Bricolez Magazine et des ouvrages spécialisés, parfois jugés déroutants par les débutants, les apprentis bricoleurs ont de plus en plus recours aux centaines de tutoriels 
(les tutos), des vidéos mises à disposition gratuitement sur Internet par les grandes enseignes, comme Leroy Merlin (environ
 200 cours de bricolage en ligne), Castorama (plus de 150 tutos) ou Mr Bricolage (plus de 200 vidéos), mais aussi par des fabricants d’outillage, des bricoleurs expérimentés, des blogueurs et parfois par des artisans. Selon 
ce que l’on souhaite effectuer – utiliser une perceuse, ôter du papier peint ou une moquette collée, poser du parquet flottant, installer un va-et-vient dans l’escalier, etc. – les vidéos sont nombreuses. Toutes montrent la marche à suivre, en quelques minutes, pas à pas. Reste à faire le tri, et ce n’est pas une mince affaire ! Car on se contente rarement d’un seul tuto.

« On croise les informations de plusieurs pour vérifier qu’ils donnent des conseils communs », précise Nadine. « Parfois, pour me faire une première idée, j’en regarde jusqu’à dix sur un même
 sujet, conforte Thibault qui vient de refaire le carrelage au sol de sa maison toulousaine. J’ai remarqué que ceux des grandes enseignes sont très pédagogiques, mais un peu trop généraux. Tout y paraît tellement simple, facile, les sols sont plans, les cloisons bien droites, il n’y a pas de tuyaux encastrés dans les murs, tout juste des prises de courant... Ce n’est jamais le cas dans la vraie vie ! Je préfère les tutos des artisans ou des passionnés de bricolage. Peut-être moins parfaits visuellement, ils sont pleins de vraies astuces. »

Pratiquer en cours collectifs


Si les publications et les vidéos sont sans conteste une bonne introduction aux matériaux, outils et bons gestes indispensables, ils sont parfois jugés trop expéditifs par certains débutants. Les cours collectifs organisés partout en France par des enseignes de bricolage (voir tableau) mais aussi par des associations locales, voire par des artisans près de chez soi, complètent les premières notions théoriques acquises pour passer très vite à la pratique.

« Les tutos expliquent comment faire, mais plus rarement ce qu’il ne faut pas faire..., prévient Thibault. Le cours que j’ai suivi pour apprendre
 à poser du carrelage avec une association toulousaine, dans une salle prêtée par Bricoman, m’a non seulement enseigné le bon tour de main, mais m’a aussi permis d’éviter certaines erreurs. Les douze participants ont pu poser des carreaux et être corrigés par notre formateur, un artisan à la retraite. Il a répondu aux questions que chacun se posait par rapport à la spécificité de son chantier, il nous a aussi transmis ses petits secrets, ses trucs.... En deux heures, pour une vingtaine d’euros, j’ai gagné beaucoup de temps pour mener à bien mon projet. »

À ces cours, les femmes sont aussi nombreuses que les hommes. « Elles se montrent généralement plus minutieuses et plus attentives que les hommes qui croient savoir, car beaucoup d’entre elles n’ont aucune expérience. Au final, elles réussissent souvent mieux... », note Jérôme Saux, directeur du développement des ventes chez Castorama. Leroy Merlin organise des soirées bricolage réservées à la gente féminine.

À savoir : le compte personnel de formation (CPF) peut être utilisé pour suivre les cours de bricolage de l’École des métiers de l’habitat, en dehors du temps de travail.

Se faire coacher


Les tutoriels et les cours collectifs peuvent suffire pour des travaux simples, standard, notamment dans du bâti neuf et sain.
 Mais quand les choses se compliquent, en rénovation notamment, vous pouvez avoir besoin d’être épaulé au début du chantier, pendant les travaux ou pour les finitions. Plusieurs sociétés proposent leurs artisans prêts à vous aider très concrètement : Mon Coach Brico (210 euros les trois heures), Brico Facile (79 euros de frais d’inscription et 48 euros l’heure) ou Castorama (100 euros 
le pack de deux heures proposé par une quarantaine de magasins).

Ainsi, Monique, pour rénover la maison qu’elle a choisie pour sa retraite en Normandie, et après avoir été
 « arnaquée » par une entreprise de la région, a décidé de terminer les travaux elle-même.
 « J’ai compulsé des magazines de bricolage, mais c’était trop technique. J’ai commencé par démolir des cloisons pour agrandir 
des ouvertures dans les pièces, mais, pour reconstruire (rénovation des murs, réfection des entourages des portes, etc.), j’ai appelé au secours Mon Coach Brico. Ils m’ont envoyé un artisan à la retraite. Dans un premier temps, 
il a fait un point sur les travaux à effectuer en priorité, les matériaux et les outils à acquérir. Ensuite, un autre m’a assistée dans la pose de panneaux japonais coulissants. Pour moi qui ne savais rien faire, c’était rassurant. » On peut aussi trouver, par exemple, sur les sites superprof.fr et kelprof.com des professeurs particuliers en bricolage dans toute la France (entre 10 et 50 euros l’heure).

À savoir : les cours à domicile ouvrent droit
 à 50 % de crédit d’impôt, que vous soyez ou
 non imposable, sur les sommes versées aux professeurs déclarés, dans la limite de 
12 000 euros (+ 1 500 euros par personne à charge), soit en payant un organisme agréé de services à la personne, soit en déclarant vous-même le professeur à l’Urssaf sur le site du Cesu.

S’entraider gratuitement entre bricoleurs

Les forums de bricoleurs sont un bon moyen d’échanger, d’apprendre... Par exemple, sur ladepanne.fr – site lancé par Mr Bricolage – on peut louer, prêter et se faire prêter de l’outillage, discuter entre particuliers d’une question précise. Un bricoleur expérimenté, voire un professionnel, peut débloquer une situation. Les blogueurs de Bricolage Facile, SeBricole ou Zone Travaux répondent aussi aux questions que suscitent leurs publications. Enfin, les Troc’Heures proposent de rejoindre une communauté de bricoleurs pour recevoir ou donner un coup de main. Parce que c’est plus facile et plus rapide de bricoler à deux...