Acheter un bien immobilier en région parisienne

Acheter un bien immobilier en région parisienne
Dans de nombreuses communes de l’agglomération parisienne, le secteur pourrait être soutenu par le projet du Grand Paris. - © Pawel Gaul

Dans de nombreuses communes de l’agglomération parisienne, le secteur pourrait être soutenu par le projet du Grand Paris qui repense la vie économique, les transports et l’habitat.

Bagneux : 3 680 €/m2 pour les appartements

En 2020, avec le prolongement de la ligne 4, les personnes qui habitent ou travaillent au nord de Bagneux et au sud de Montrouge seront à moins d’une demi-heure du cœur de la capitale. Bagneux sera également desservie par la future ligne 15 qui la reliera en moins de vingt minutes à la Défense. Ce qui devrait ainsi attirer davantage d’habitants et d’entreprises.

De quoi faire grimper les prix de la pierre, aujourd’hui de « 30 % inférieurs à ceux des villes voisines comme Montrouge », note Thomas Lefebvre, directeur scientifique de Meilleursagents.com.

Villejuif : 3 770 €/m2 pour les appartements

« La commune attire de nouvelles entreprises et on y dénombre déjà plus de 70 programmes neufs », observe Fabrice Abraham, directeur général de Guy Hoquet Immobilier. Elle espère 70 000 habitants, contre 56 000 aujourd’hui. Le projet du Grand Paris devrait l’y aider, puisque la municipalité va accueillir deux gares sur la nouvelle ligne 15 et qu’elle profitera de l’allongement de la 14 qui la reliera à Orly. Elle fera partie du pôle de compétitivité Santé, qui vise à faire de cette zone, jusqu’à Évry, une référence internationale, notamment dans la recherche sur le cancer.

Saint-Denis : 3 060 €/m2 pour les appartements

« Cette ville va bouger », prévoit Thomas Lefebvre. Trois lignes du Grand Paris Express vont s’y arrêter, sans compter la ligne 14 qui sera prolongée.
 « Autour de Saint-Denis Pleyel, les projets de rénovation vont bon train, pour faciliter le développement d’un pôle économique tourné vers le 7e art, autour de la Cité du cinéma. »

Aubervilliers : 3 050 €/m2 pour les appartements

« Au nord de Paris, c’est une des villes limitrophes de la capitale les moins chères », relève Thomas Lefebvre. Le Grand Paris Express (ligne 15) la mettra à vingt minutes de la Défense, contre cinquante aujourd’hui. Sans compter le prolongement de la ligne 12, actuellement en cours. De surcroît, il est prévu, en 2018, l’ouverture du campus Condorcet, spécialisé dans la recherche et la formation en sciences humaines et sociales. Celui-ci accueillera 15 000 personnes sur 18 000 m2.

Noisy-le-Grand : 3 080 €/m2 pour les appartements

D’ici à dix ans, cette commune de l’Est parisien, dont le marché immobilier a pris du retard ces dernières années par rapport au département, profitera du prolongement de la ligne 11 du métro et de la ligne 16 du Grand Paris Express qui lui offrira une connexion supplémentaire avec Saint-Denis Pleyel. La commune a entrepris la restructuration urbaine du Val Maubuée, un de ses anciens quartiers. Elle est aussi un pôle de recherche avec la cité Descartes, qui se veut un équivalent du campus de Berkeley aux États-Unis.

Villiers-sur-Marne : 2 920 €/m2 pour les appartements

D’ici à 2022, la commune et ses voisines Bry-sur-Marne et Champigny accueilleront la ligne 15 du Grand Paris Express, qui les mettra à cinq minutes de Saint-Maur-Créteil et à dix-huit minutes de Villejuif. Une nouvelle gare RER sur la ligne E sera également ouverte. « Mieux desservie, la ville, qui a conservé un certain charme, devrait aussi profiter des projets de développement de Noisy-le-Grand », estime Fabrice Abraham.

Ces villes qui ont déjà séduit les Parisiens


Dans la proche banlieue parisienne, certaines communes ont connu une forte hausse des prix au cours de ces dernières années, grâce à la demande de Parisiens chassés de la capitale par la flambée de la pierre et venus chercher au-delà du périphérique des tarifs plus doux. Ils ont déjà profité ou largement anticipé les effets bénéfiques du Grand Paris, notamment pour les transports. C’est le cas de Saint-Ouen, des Lilas ou encore de Montreuil. Pour certains professionnels, le nord de l’agglomération 
a davantage profité de ce mouvement, jusqu’à présent, et le potentiel de hausse est désormais
 plus élevé dans les communes du sud, en retard.

Le Grand Paris change la donne

Le projet d’aménagement de la métropole parisienne prévoit de nouvelles lignes 
de transport en commun et la création de sept pôles d’activité autour de la capitale. D’ici à 2030, près de 1 300 communes d’Île-de-France seront connectées entre elles grâce à un vaste réseau circulaire de métros automatiques, le Grand Paris Express (lignes 15, 16, 17 et 18). Ce dernier réduira les temps de transport. Il faudra en principe moins de quarante minutes pour aller de Champigny-sur-Marne à la Défense, ou trente minutes de Villejuif à Saint-Denis. En prime, certaines lignes actuelles seront prolongées, comme la 11 ou la 14. Les travaux ont déjà commencé et, dès les prochaines années, certaines communes vont être mieux desservies.

Plus d’infos : societedugrandparis.fr