La réglementation de la pêche

Batch operation process

La pêche est soumise à une réglementation stricte. Chacun doit s’y conformer dans le respect de l’environnement et le souci de la survie des espèces.

La pêche de loisir est pratiquée par près d’un million et demi de Français. Mais gare, les règles à respecter sont aussi nombreuses que les espèces de poissons !

La carte de pêche uniquement en eau douce

Pour pêcher en eau douce (fleuves, rivières, ruisseaux, canaux, plans d’eau ouverts appartenant au domaine public), une carte de pêche s’impose.

Délivrée par une association agréée pour la pêche en milieu aquatique (AAPPMA), elle s’achète dans le département où vous souhaitez pêcher, soit au siège de l’association, soit chez les commerçants dépositaires agréés : magasins de matériel de pêche, de sports, tabacs…

Nouveauté 2010 : certaines Régions et départements (Aude, Ariège, Pyrénées-Orientales), regroupés dans l’Entente halieutique du Grand Ouest, vendent cette carte via deux sites Web : www.ma-carte-de-peche.fr et www.carte-de-peche-ehgo.fr.

Il vous en coûtera de 10 à 70 € selon les associations, mais aussi selon la durée de validité de la carte et l’étendue géographique d’action qu’elle offre.

450 € d'amende si vous ne possédez pas la carte de pêche

En principe, la carte de pêche vous permet de pêcher dans toutes les eaux du domaine public d’un ou plusieurs départements ainsi que dans les eaux de l’association auprès de laquelle vous l’avez achetée et dans les lots des associations partenaires.

Attention ! Ce document strictement personnel est incessible : la photographie y est obligatoire.

En cas de contrôle par les agents chargés de la pêche en eau douce (gardes-pêche, gendarmes…), vous devez être en mesure de le présenter. À défaut, vous encourez une amende de 450 € si vous avez omis de l’acquérir, 38 € si vous l’avez oublié chez vous (avec obligation de le présenter dans les 48 heures).

Dates d'ouverture de la pêche

Une fois muni de votre carte, vous pouvez chatouiller le brochet en toute légalité… "À condition toutefois de respecter les dates d’ouverture de la pêche, qui varient en fonction des espèces", explique Bernard Breton, secrétaire général de la Fédération nationale de la pêche en France.

Dans les eaux de première catégorie, celles dans lesquelles les salmonidés (truite, omble, etc.) sont majoritaires, vous pouvez pêcher du deuxième samedi de mars au troisième samedi de septembre (soit du 13 mars au 18 septembre pour 2010).

Dans les autres cours d’eau et plans d’eau (eaux de deuxième catégorie), la pêche est autorisée toute l’année, sauf pour quelques espèces (sandre, brochet…).

Par ailleurs, il est interdit (sauf rares exceptions) de pêcher la nuit. Retrouvez toutes les dates d’ouverture sur le site Web de la Fédération nationale de la pêche en France ou auprès de votre fédération départementale.

Le nombre de prises est encadré pour certaines espèces

Vous n’êtes autorisé à poser votre ligne qu’une demi-heure avant le lever du soleil, jusqu’à une demi-heure après son coucher.

De plus, afin de préserver les espèces, il est interdit d’attraper des poissons trop petits (il faut qu’ils puissent se reproduire au moins une fois dans leur vie). Un brochet doit ainsi mesurer au moins 50 cm, un bar au moins 36 cm, etc.

En outre, le nombre de prises est encadré pour certaines espèces : six à dix truites par jour, par exemple, en eau douce. Enfin, dans les eaux de première catégorie, un pêcheur ne peut utiliser qu’une seule ligne montée sur canne (jusqu’à quatre lignes dans les eaux de deuxième catégorie).

Aucune carte de pêche à la mer

Pour la pêche en mer, les mêmes règles en matière de captures s’appliquent, avec une différence, tout de même, puisqu’aucune carte n’est nécessaire.

Ce loisir peut ainsi se pratiquer à pied le long des côtes et des plages, à bord d’un bateau ou à la nage (à condition de ne pas utiliser de bouteilles de plongée). Si vous utilisez un bateau à moteur, vous devez être titulaire d’un permis.

Il en existe plusieurs, selon la puissance de votre embarcation (carte mer, permis bateau ou hauturier) et la distance à laquelle vous êtes autorisé à vous éloigner des côtes et des abris.

En revanche, certains lieux sont interdits, comme les ports de plaisance et les ports industriels et certains autres ouvrages référencés. Il importe de se renseigner auprès de la direction des Affaires maritimes de la localité. Cette dernière vous donnera aussi des indications utiles sur les quotas applicables localement.

Interdiction de pêcher à l'explosif, à l'électricité ou à la main

Par ailleurs, des normes européennes définissent la taille minimale des poissons, variable selon que l’on pêche en mer Méditerranée, dans la Manche ou dans l’Atlantique : le maquereau doit ainsi mesurer 18 ou 20 cm en fonction de l’endroit.

Enfin, l’utilisation des équipements est réglementée. À bord d’un bateau, par exemple, on ne peut emporter qu’une seule épuisette et deux casiers. Dans tous les cas, il est interdit de pêcher à l’explosif, à l’électricité ou encore à la main.

Coquillages et crustacés : tailles et quantités réglementées

Moules, coques, palourdes, étrilles, crevettes, crabes… Vous pouvez bien entendu les ramasser au gré d’une balade sur la plage ou d’une escapade dans des rochers, mais uniquement si vous les pêchez de jour et si vous vous trouvez à plus de 10 m des parcs de culture.

Par ailleurs, n’utilisez que les instruments autorisés gratte-main, râteau à trois dents et couteau de pêche) et respectez les tailles minimales et les quantités imposées, après vous être renseigné auprès de la direction des affaires maritimes de votre lieu de pêche.

Adresses utiles pour la pêche

Fédération nationale de la pêche en France et du milieu aquatique : www.federationpeche.fr et 01 48 24 96 00.

Fédération française des pêcheurs

en mer : www.ffpm-national.com

et 05 59 31 00 73.