Réforme du bac : un examen resserré sur quatre écrits et un grand oral

Réforme du bac : un examen resserré sur quatre écrits et un grand oral
Jean-Michel Blanquer, le 27 novembre 2017. - © Gonzalo Fuentes – Reuters

Le ministre de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer, a dévoilé mercredi les modifications qui doivent s’appliquer à compter de 2021 aux candidats des voies générales et technologiques.

Le ministre de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer, a présenté mercredi 14 février sa grande réforme du baccalauréat, en Conseil des ministres puis lors d’une conférence de presse.

Ces modifications, touchant seulement les voies générale et technologique, s’appliqueront dès le bac 2021. Les élèves actuellement en classe de troisième seront les premiers visés.

Le contrôle continu va entrer dans le calcul de la note finale, à hauteur de 40 % (10 % à partir des bulletins scolaires). Il s’appuiera surtout « sur des épreuves communes organisées au cours des années de première et de terminale », indique le ministère de l’Education nationale.

« Pour garantir l’égalité entre les candidats et les établissements scolaires, une ‘‘banque nationale numérique de sujets’’ sera mise en place, les copies anonymisées seront corrigées par d’autres professeurs que ceux de l’élève. Une harmonisation sera assurée », précise le ministère.

Les épreuves du bac ne compteront plus que pour 60 % de la note finale. Un grand oral d’une vingtaine de minutes, reposant sur un projet préparé dès la première, va être instauré en fin d’année de terminale dans la voie générale. Les candidats feront face à un jury de trois personnes. L’oral du bac techno va rester en vigueur.

Comme actuellement, les lycéens passeront en fin de première une épreuve anticipée écrite et orale de français. En terminale, ils seront soumis à seulement quatre épreuves écrites (français, philosophie, deux spécialités au choix). Les épreuves de spécialité se tiendront au retour des vacances de printemps.

La fin des séries

Un système de spécialisation va de fait remplacer les séries du bac général (ES, L et S). « Les lycéens pourront choisir trois enseignements de spécialité en première puis deux en terminale », explique Jean-Michel Blanquer dans le dossier de presse sur la réforme.

Les disciplines de spécialité seront : arts ; écologie, agronomie et territoires ; histoire géographie, géopolitique et sciences politiques ; humanités, littérature et philosophie ; langues et littératures étrangères ; mathématiques ; numérique et sciences informatiques ; sciences de la vie et de la Terre ; sciences de l’ingénieur ; sciences économiques et sociales ; physique chimie.

Le maintien des rattrapages

Quatre principes vont être maintenus :

  • l’obtention du bac quand la moyenne générale dépasse 10/20 ;
  • l’absence de note éliminatoire ou minimale ;
  • la compensation des notes et les mentions ;
  • la possibilité de passer des oraux de rattrapage.