Victime d’un abus de faiblesse, défendez-vous !

Page 1 / 3
abus de faiblesse

Les personnes âgées, malades ou infirmes sont des cibles idéales pour les gens sans scrupule. En cas d’abus, des recours sont possibles.

Une pression insupportable

Les femmes âgées qui vivent seules sont les principales victimes de l’abus de faiblesse. Cette infraction est constituée lorsqu’une personne profite de la faiblesse et de la vulnérabilité d’une autre pour obtenir quelque chose.

Il peut s’agir du médecin qui tire avantage de la maladie de son patient pour lui racheter sa maison à un prix dérisoire, du petit-fils qui fait pression sur son grand-père pour obtenir une procuration sur son compte, du ramoneur qui fait payer sa prestation à un tarif quatre fois plus élevé que l’usage, ou même du vendeur qui vend une encyclopédie en vingt volumes à une personne qui en possède déjà une.

Prouver son état de faiblesse

Attention ! Tous les individus ne peuvent pas se prétendre victimes d’un abus de faiblesse. Ne sont concernés que les mineurs, les femmes en état de grossesse apparente, ainsi que les personnes que l’âge, la maladie, l’infirmité ou la déficience ont rendues particulièrement vulnérables.

Il ne suffit pas d’être âgé ou dépressif pour se prétendre victime. Dans les faits, la personne qui a été abusée doit prouver que, en plus d’être âgée ou malade, elle était trop faible pour se défendre ou résister à la manipulation.

Il est à noter enfin que les personnes en état de sujétion psychologique ou physique (par exemple, parce qu’elles appartiennent à une secte) sont également considérées comme des majeurs vulnérables.

Page suivante : Saisir la justice

26 RÉACTIONS À L'ARTICLE
Par GALANTA Samedi 15 novembre 2014
privé de tout liberté même de partage de repas amené

c'était mon ancienne kiné en centre de réadaptation; j'avais 5 ans en 1961, pendant 11 ans elle m'a soigné, réconforté, appris à me tenir debout et à faire beaucoup de choses par moi-même. les années ont passé malgré tout je voulais avec mon époux l'aider dans ses vieux jour car ses deux fils habitent dans le nord. sa fille est grabataire, elle ne parle plus depuis le cédé de leur père l'année dernière. Il y a 10 ans nous somment venus habités en gironde, nous étions en lorraine.

je n'ai pas eu une mère aimante à cause de mon handicap à l'âge de 18 mois suite à une méningite. alors cette dame m'a pris sous son aile et pour moi c'est ma maman de coeur je lui apporte à mon tour de l'amour et du réconfort ainsi de la joie sans rien vouloir en retour. c''est lui renvoyée l’ascenseur. l'ainé de ses fils, il l'a cloître chez elle, on ne doit plus lui reporter des repas puis ne pas venir l'a voir avant 16 Heures c'est l'heure que les auxiliaires de vie viennent pour travailler.

Par ycandy2 Lundi 03 novembre 2014
encore une tentative d'arnaque

Ce vieux; il aurait dû commencer par t'apprendre à écrire.

Bien sûr, les gens en détresse sont de belles proies pour les vautours comme toi et ton petit vieux.

J'espère qu'il n'y aura pas de gens assez naïfs pour tomber dans le piège de ces escrocs.

Par janjan Mardi 26 août 2014
abus de confiance, detournement de fond public

Voila, le sujet dont je suis sensé vous exposer
Mon pére est né en janvier 1909, décédé en avril 2014. Marié en juillet 1939, séparé en 1960, divorcé en 1968, cinq enfants sont nés de cette union, je suis quatrième du lit agé de 58 ans
Il a eu deux enfants nés d'une première relation, un garçon une fille, la fille est décédée Il y a plus de cinquante ans laissant cinq enfants
Il n'a jamais eu d'attention pour ses enfants, juste un géniteur
En 1993 il me fait donation d'une portion de terrain j'ai fais construire une maison avec l'acte du notaire en bon et du forme
A cette période un des petits enfants se fait connaitre, et a ma grande surprise, il commence une construction en 2002 et disparait
Je suis en instance de divorce quand il est hospitaliser en 2003 pour des troubles de la mémoire
Un dossier d'aide ménagère a été entrepris sur conseille de médecin pour constater de que sa maison a été vendue au fils du premier lit qui lui a revendu, ensuite il vend la maison à un petit fils, le fils de sa fille du premier lit décédée
Il ne sait ni lire, ni écrire, ni compter, la maison à été construite durant son mariage avec un prêt en commun accordé le 10 décembre 1955
En 2002 j'étais en plein divorce conflictuel, pour profiter du système, mon ex n' a pas hésiter à inventée tous les plans machiavéliques, après une comparution au tribunal, elle a été contraint de quitter les lieux, j'étais obliger de partir pour ne pas tomber dans son piège
Elle a manipuler mon père, elle le met sur tutelle avec l'appuis du juge des tutelles, après c'est l'UDAF, et nous n'avons aucune information de cette organisme
C'est cela un système mafieux

Par candy2 Vendredi 11 avril 2014
Ca sent l'arnaque !

Houla; ce dernier article d'une brave madame qui accorde un prêt à qui en veut avec un très faible intérêt.
Juste son e mail pour la contacter !
Y'a une belle arnaque là dessous.
Je conseillerai de ne surtout pas contacter cette personne.
Vous avez des dettes; ça suffit, ne vous embourbez pas dans cette spirale qui vous mènera encore plus bas que vous êtes.
Vous croyez être au fond du gouffre; on veut vous y enfoncer encore un peu plus; c'est tout!

Par kems Jeudi 03 avril 2014
Appel à témoins M6

Dans le cadre d'une nouvelle émission de talk show sur M6, nous sommes à la recherche de personne ayant été victimes d'escroquerie de la part de voyant, marabout...Nous ne voulons défaire l'image de personne. Nous souhaitons simplement recueillir un témoignage de quelques minutes sur cette thématique. Si vous souhaitez avoir plus d'informations, contactez nous au 01 41 22 01 36 ou par mail à kemmyjournaliste@gmail.com.

Un coup de fil n'engage à rien !

Votre pseudonyme apparaîtra en signature de votre réaction.
Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.


Règles de conduite

  • Tous les propos contraires à la Loi sont proscrits.
  • La publicité commerciale n'est pas autorisée.
  • En réagissant à cet article, vous autorisez la publication en ligne de votre contribution.
  • Une orthographe et une mise en page soignées facilitent la lecture : évitez majuscules et abréviations, pensez aux accents.
* Champ obligatoire