10 erreurs à éviter avant le divorce

Moment de crise, la séparation s’accompagne souvent de conduites irrationnelles. - © aluxum

Votre décision est prise, mais le divorce ne sera peut-être prononcé que dans un an, voire plus dans l’intervalle. Attention à ne pas fragiliser l’équilibre de votre situation. En dix points, ce qu’il ne faut pas faire !

1 – Vivre ensemble jusqu’au prononcé du divorce

Par crainte de se voir reprocher l’abandon
 du domicile conjugal dans un divorce contentieux, certains époux continuent à vivre sous le même toit alors que la rupture est consommée. Il est vrai que « tant que le juge n’a pas autorisé les époux à vivre séparément, il pourra toujours être reproché à l’un d’être parti du jour au lendemain », indique Joanne Elia, avocate à la cour d’appel de Paris.


Notre conseil : si vous avez simplement envie de partir, demandez l’autorisation de résider séparément dans la requête
 en divorce au juge aux affaires familiales.
 « Dans le cas où la cohabitation est compliquée, voire impossible, en raison d’un(e) conjoint(e) violent(e) physiquement ou psychologiquement, faites établir des certificats médicaux, déposez une plainte ou une main courante au commissariat de police avant de quitter le domicile conjugal. Cela attestera du motif de votre départ », reprend l’avocate. En revanche, ne vous posez pas de question et partez dès que vous le souhaitez si vous et votre conjoint êtes d’accord à la fois sur le principe et les modalités du divorce (divorce amiable sans juge).

2 – Avoir un comportement irresponsable

Moment de crise, la séparation s’accompagne souvent de conduites irrationnelles. « Dans le cadre d’une procédure de divorce, les SMS, courriels, tweets, images, diffusés sur les réseaux sociaux... tout peut être utilisé comme élément de preuve par l’autre conjoint. Le magistrat pourrait en tirer des conséquences fâcheuses pour celui qui en est à l’origine », met en garde Me Elia.

Notre conseil : interdisez-vous les propos injurieux, menaçants ou abaissants vis-à-vis de votre conjoint(e).

3 – Ne pas avoir de copies de vos documents

La procédure sera plus longue et plus onéreuse, si les mariés ne fournissent pas les papiers indispensables. « Il peut se révéler très difficile, une fois la procédure engagée, d’obtenir de son conjoint les documents nécessaires au bon déroulement de l'instruction », signale Me Elia.

Notre conseil : constituez-vous rapidement un dossier administratif (avis d’imposition, bulletins de paie, copie du livret de famille, carte Vitale, etc.) pour justifier de votre état civil et de votre patrimoine.

4 – Accepter un divorce amiable pour être débarrassé

L’envie de tourner définitivement la page et de refaire sa vie pousse certains à préférer une procédure amiable, le fameux « divorce sans juge », en espérant en finir plus rapidement. Quitte à oublier de procéder au partage des biens devant notaire ou à accepter des arrangements qui pourraient être regrettés par la suite.

Notre conseil : restez ferme sur l’essentiel. « S’il peut être judicieux d’accepter des compromis, notamment patrimoniaux, afin d’aboutir rapidement à un accord, il n’en demeure pas moins qu’il faut être précis sur les conséquences de la séparation et ne pas remettre à plus tard le partage des biens. De toute façon, le notaire n’enregistrera pas la convention de divorce si le partage n’est pas réalisé. Les futurs divorcés peuvent rester en indivision, mais il est conseillé d’établir une convention avec l’aide d’un notaire qui précisera les droits de chacun sur les biens », prévient Jean-François Humbert, notaire et vice-président du Conseil supérieur du notariat. Si vous possédez 60 % d’une maison de campagne et votre conjoint 40 %, par exemple, vous pouvez choisir de ne rien changer (pas de rachat des parts de l’autre ni de vente). La convention d’indivision précisera à quels moments de l’année chacun pourra s’y rendre, la répartition des factures d’entretien et travaux, etc.

5 – Choisir un divorce low cost

Quand on sait qu’un divorce coûte en moyenne à chaque époux entre 2 000 et 3 000 euros, les publicités sur Internet proposant un divorce pour 250 euros sont séduisantes. Vous risquez, au mieux, d’être tombé sur un prix d’appel qui montera en flèche, une fois la procédure en cours. Au pire, sur une escroquerie : s’il n’y a pas d’avocat derrière la façade Internet, la procédure ne tiendra pas. Pas de recette miracle, le divorce a un coût. Les honoraires de l’avocat sont libres et varient en fonction de sa spécialité, de sa notoriété, de son ancienneté. Ils sont calculés en fonction d’un tarif horaire – 100 à 150 euros de l’heure en moyenne – ou au forfait.

Notre conseil : avant d’aller voir le notaire et les avocats, il faut s’entendre avec son conjoint sur le principe et les conséquences du divorce (garde des enfants, domicile, autres biens, etc.). « Il est recommandé, pour alléger le travail de l’avocat, et donc ses honoraires,
 de préparer son dossier en réunissant le maximum de documents, avant même
 le premier rendez-vous, explique Me Elia.
 Les personnes qui ont des difficultés financières ne doivent pas hésiter à demander l’aide juridictionnelle. »

6 – Espérer que le juge modifiera les dispositions prises à l’issue de la séparation

Bien avant que le divorce ne soit prononcé, les époux se sont organisés. Garde alternée, consensus financier... chacun pensant
 que la situation est provisoire. « Attention, signale Me Elia, si une organisation concernant le mode de garde de l’enfant s’est instaurée et si elle a bien fonctionné, il y a de fortes chances que le juge ratifie cette pratique. Sa remise en cause risquerait de lui paraître incohérente. Or, il prend sa décision avant tout dans l’intérêt de l’enfant. »

Notre conseil : dès le dépôt de la requête en divorce, demandez au juge de prendre des mesures urgentes. En attendant l’audience de conciliation – deux à six mois après l’introduction de la requête –, ne laissez pas s’installer une situation regrettable.

7 – Instrumentaliser les enfants

Le divorce est l’affaire des parents. Il n’en reste pas moins que les enfants sont souvent un enjeu. Résidence, pension alimentaire... tout peut être prétexte à nourrir le conflit conjugal.

Notre conseil : acceptez l’aide d’un tiers par le biais d’une médiation familiale. « Souvent, les parents ne se parlent plus, ne s’écoutent plus. Le médiateur familial va
 les aider à mettre des mots, des émotions sur les situations passées et apaiser le conflit. C’est l’occasion de trouver une nouvelle organisation familiale qui satisfasse les besoins de l’enfant et leurs besoins respectifs. La solution trouvée est alors mieux acceptée que lorsqu’elle est imposée par le juge », explique Valérie Le Goaster, médiatrice familiale.

8 – Ne pas se rendre à la tentative de conciliation

Première étape de la procédure de divorce,
 le juge rend, à l’issue de la tentative 
de conciliation, des décisions importantes concernant notamment le montant de la pension alimentaire et l’attribution de la garde. « Ne pas justifier de son absence ni avoir motivé une demande de report peut avoir des conséquences très préjudiciables. Le juge risque de rendre une décision sans tenir compte des prétentions du conjoint absent », insiste MElia.

Notre conseil : adressez un courrier au greffe du juge aux affaires familiales en précisant les raisons de cette absence (bulletin d’hospitalisation, mission pour l’employeur, etc.) et demandez un renvoi.

9 – Être imprécis sur le droit de visite et d’hébergement

Lorsque la résidence principale des enfants est fixée chez l’un des deux parents, 
l’autre bénéficie d’un droit de visite et d’hébergement. Les parents sont libres de s’organiser pour l’exercice de ce droit mais, en cas de désaccord futur, ils devront se reporter à la convention de divorce pour une procédure amiable ou à la décision de justice. Ces dernières ne doivent donc pas être sujettes à interprétation.

Notre conseil : évitez les formules trop vagues. « Il faut préciser si ce droit de visite et d’hébergement s’exercera les week-ends des semaines paires ou impaires et indiquer le lieu et l’heure du retour », alerte Me Elia.

10 – Ne plus assumer ses obligations financières

Chaque époux doit participer à l’entretien
 du ménage. « Tant qu’il n’y a pas de décision judiciaire qui fixe les charges de chacun,
 on ne peut pas se soustraire à ses obligations financières sous prétexte que l’on ne réside plus ensemble, souligne Me Elia. Si un conjoint ne paie plus, il expose l’autre conjoint et
 les enfants à des conséquences qui peuvent s’avérer très graves : expulsion, coupure d’électricité ou de gaz, etc. C’est en outre très mal perçu par les juges. »

Notre conseil : continuez à payer les charges de la vie courante, comme le loyer, les crédits, les impôts.

CONTACTS UTILES

LES ASSOCIATIONS

  • Fenamef (Fédération nationale de la médiation et des espaces familiaux) : mediation-familiale.org et APMF (Association pour la médiation familiale) : apmf.fr. Premier entretien gratuit, puis prise en charge possible par la CAF.
  • CIDFF : centre d’information sur le droit des femmes et des familles, consultations gratuites : infofemmes.com
  • SOS papa : sospapa.net, adhésion 130 € (la première année, 70 € ensuite).
  • Divorcés de France : divorcefrance.fr (99 € par an).

LES PROFESSIONNELS EN CONSULTATION GRATUITE

  • avocats : mairie, tribunal, maisons de la justice et du droit : http://bit.ly/2qtqT1z
  • notaires : chez le notaire ou dans les manifestations organisées par la chambre départementale des notaires.