Comment optimiser son stage de fin d’études

Contenu

Le stage offre à l’étudiant l’occasion de devenir "opérationnel" dans un secteur d’activité. Ce moment clé dans le parcours de formation permet de prendre pied dans une entreprise, de nouer des contacts et d’enrichir son CV.

Trop d’étudiants en Master à l’université considèrent, à tort, que le stage de fin d’études ne sert qu’à valider leur diplôme. "Pourtant, il correspond au premier pas dans la vie professionnelle", souligne Isabelle Varga, consultante en gestion de carrière au sein du cabinet Acte II Carrière, à Paris. Et il débouche parfois sur un emploi !

Un emploi à l'issue du stage

En 2009, selon l’Association pour l’emploi des cadres (Apec), 12 % des jeunes diplômés ont trouvé un poste à la suite de leur stage, dans leur entreprise d’accueil, une société concurrente, chez un fournisseur ou un prestataire de services.

Le stage, un élément important sur un CV

Même lorsqu’il ne conduit pas à la signature d’un contrat de travail, le stage constitue un élément important qui enrichit le CV. Cette expérience distingue le jeune diplômé des autres candidats issus de la même filière de formation.

Aussi, l’étudiant a intérêt à le choisir avec soin et à en tirer le meilleur parti.

Déterminer les tâches dès le départ avec son maître de stage

L’employeur escompte du stagiaire qu’il s’implique dans la vie du service auquel il a été affecté.

Le jeune pense souvent qu’il partage les mêmes priorités que son tuteur, la personne qui supervise son stage en entreprise, remarque Maureen Moran-Peigneau, responsable du développement professionnel chez Thales. Mais attention aux malentendus : dès le premier jour, il doit déterminer avec lui les tâches qui lui sont attribuées et leur délai de réalisation."

Discuter régulièrement avec son maître de stage

Ce premier entretien sert aussi à fixer le calendrier des bilans d’étape, nécessaire pour progresser. Il est en effet indispensable que l’étudiant discute régulièrement avec son maître de stage pour lui faire part de ses avancées, des difficultés rencontrées, et des choix devant lesquels il se trouve.

Certaines décisions ne relèvent pas de la responsabilité du stagiaire, met en garde Maryse Sauvagnac, ancienne responsable des stages et des relations industrielles au département génie physique de l’Insa de Toulouse. Aussi doit-il présenter la solution qu’il a retenue, en décrire les avantages et les inconvénients, et écouter attentivement la réaction de son tuteur, car la meilleure option pour soi n’est pas forcément celle que privilégie l’autre !"

Apporter des idées nouvelles

Afin d’optimiser son stage, il convient aussi d’aller au-delà du travail demandé. L’étudiant en Master ne peut pas limiter son rôle à celui d’un exécutant. L’employeur compte sur lui pour qu’il apporte des idées nouvelles.

Nous apprécions le stagiaire qui porte un regard neuf sur nos activités et suggère des ajustements ou des modifications", précise le responsable conseil et développement du service ressources humaines d’une société de services.

Être prudent dans ses propositions

Un bon stagiaire propose des solutions innovantes, avec prudence toutefois : mieux vaut utiliser le conditionnel et s’appuyer sur des exemples réussis dans d’autres organisations, ainsi que mesurer les efforts, les coûts et les retombées que cette nouveauté impliquerait.

Multiplier les contacts au sein de l'entreprise

Généralement, l’étudiant de niveau bac + 4 ou 5 s’avère compétent au niveau technique mais beaucoup moins sur le plan humain. Il se contente de dialoguer avec la poignée de professionnels qui l’entourent.

Aller à la rencontre des salariés

Certes, les salariés de tous les départements sont occupés par leur propre travail et, souvent, ils ne prennent pas le temps de discuter. Mais "il appartient à l’étudiant d’aller à leur rencontre", soutient Isabelle Varga.

Pour commencer, il peut solliciter son maître de stage pour qu’il joue les entremetteurs et, après les présentations, demander à son nouvel interlocuteur un entretien sur sa fonction.

Communiquer au sein de l'entreprise, une attitude positive

Un jeune qui communique avec les autres au sein de son service comme à l’extérieur manifeste curiosité et motivation. Les grandes écoles prennent en compte cette attitude positive dans l’évaluation du stage. Cette ouverture d’esprit permet aussi d’élargir son réseau professionnel, si précieux pour trouver son premier emploi puis évoluer dans sa carrière.

En réunion, les jeunes se montrent parfois trop réservés et ne s’impliquent pas dans la discussion, ajoute Maureen Moran-Peigneau. Pourtant, leur employeur attend d’eux qu’ils prennent la parole, expriment leur point de vue et mettent en avant leur travail."

Attention au jargon

Mais gare au jargon utilisé : les élèves en écoles d’ingénieurs, en particulier, ont tendance à oublier que certains de leurs collaborateurs ne comprennent pas le vocabulaire technique et ils peuvent peiner à valoriser leur projet auprès d’eux.

Faire preuve d’autonomie

Pendant son stage, l’étudiant doit aussi veiller à bien organiser son travail afin de respecter les délais. Que faire si le temps consacré à une tâche dépasse les prévisions ? Excéder la durée signifie peut-être que la stratégie adoptée n’est pas la bonne, et qu’il faut en changer ! Tout s’apprend, même la planification…

Penser à la rédaction de son rapport de stage

Le stagiaire doit également penser à la rédaction prochaine de son rapport et agir en conséquence. Un conseil : il importe de garder la trace écrite des réunions, des décisions prises et des résultats obtenus, et de mettre de côté tous les documents importants (graphiques, rapports, tableaux…) qui serviront à alimenter les annexes du rapport.

Ce dernier stage est celui de la responsabilisation et de l’autonomie. Chacun choisit donc d’adopter la méthodologie qui convient à sa personnalité et au profil de son entreprise", précise Nathalie Bunoust, consultante.

Réagir quand le stage ne convient pas

Si le stage ne correspond aux attentes, il faut en parler au plus vite à son tuteur. "C’est une démarche délicate, reconnaît Isabelle Varga, mais elle est indispensable." Parfois, l’apprentissage d’un métier se fait par étapes et l’entreprise ne confie pas tout de suite des travaux importants au stagiaire. Après la discussion, il aura une meilleure vision des missions qui lui seront confiées.

L'interruption du stage peut être la seule issue

Mais il arrive que l’interruption du stage soit la seule issue, simplement parce que le jeune réalise qu’il s’est trompé de métier.

Certains étudiants découvrent à leurs dépens que la profession de consultant comporte une bonne dose de prospection commerciale et de travail rédactionnel, et qu’en conséquence elle ne leur plaît pas du tout", explique Nathalie Bunoust.

Le jeune doit alerter le responsable des stages de son établissement de formation, qui le soutiendra dans la recherche immédiate d’un nouveau stage.

Parler d’avenir avant la fin du stage

Certaines entreprises affichent leur volonté de ne pas recruter à l’issue du stage ; d’autres donnent la priorité au stage de pré-embauche. Dans tous les cas, le jeune doit, un à deux mois avant de quitter l’entreprise, évoquer son avenir professionnel avec son tuteur.

Ce dernier l’orientera peut-être vers le service des ressources humaines, qui le renseignera sur les opportunités offertes par les autres services de la société et le processus de recrutement. Il peut aussi le recommander à l’extérieur de l’entreprise, auprès de ses fournisseurs par exemple.

Chercher un employeur

Si aucun débouché ne se présente rapidement, le futur diplômé doit se lancer en quête d’un autre employeur. Quel que soit le canal utilisé (réponses à des offres d’emploi ou candidatures spontanées), il doit valoriser son stage.

Cette expérience suscite en effet l’intérêt des recruteurs parce qu’elle permet de confronter ses connaissances théoriques avec le monde du travail et de devenir ainsi "opérationnel" dans un secteur.

Les questions à se poser avant de postuler

"Quels résultats ai-je obtenus ? Quelles conditions ont rendu la tâche difficile ? Quelles techniques ai-je utilisées pour atteindre l’objectif fixé ? Quel est le point commun entre l’univers où j’ai effectué cette mission et celui dans lequel je projette de transférer mes compétences ?..."

Apporter des réponses à ces questions est nécessaire avant de postuler.

Il est plus facile de s’intégrer sur le marché du travail avec le statut de stagiaire qu’avec celui de demandeur d’emploi", prévient Maryse Sauvagnac.

Gare à ceux qui attendent la fin du stage, voire celle des grandes vacances, pour s’activer !