Intérim, télétravail... travailler différemment

Contenu

Choisir un statut alternatif (intérim, télétravail, portage salarial…) offre des pistes intéressantes pour prendre un nouveau départ.

Le changement de travail peut naître du besoin d’avoir une meilleure qualité de vie, de mieux concilier travail et vie de famille, de faire l’essai d’une activité indépendante tout en gardant la sécurité de l’emploi.

Le télétravail, l’intérim, le portage salarial peuvent permettre de faire évoluer ses repères professionnels ou de retrouver une activité après la perte d’un emploi.

Le télétravail

Le télétravail est une piste intéressante. Cette activité a fait son entrée dans le code du travail grâce à la loi Warsmann du 22 mars 2012. 

Le télétravail désigne une activité effectuée par un salarié en dehors des locaux de l'entreprise, de façon régulière et volontaire. Le télétravail doit être prévu dans le contrat de travail du salarié ou dans un avenant.

En France, le télétravail ne concerne que 8 % des salariés. Il peut apporter une réponse au chômage des 55-64 ans, dont seulement 37 % sont en activité.

De nombreux secteurs recourent à des sociétés spécialisées dans le télétravail, notamment dans le secrétariat.

S’inscrire en intérim

Symbole du travail morcelé ou précaire, l’intérim ne jouit pas d’une image très favorable. Pourtant, pendant un temps, cette activité n'a cessé de se développer. L'emploi intérimaire a chuté et a fini par se stabiliser en 2012.

Après une nouvelle hausse au second semestre 2013, il a chuté à nouveau début 2014 (source DARES).

Choisir le portage salarial

Se mettre à son compte tout en conservant un statut de salarié, tel est l’intérêt du portage salarial. Le mécanisme ? Vous effectuez pour un client une prestation qui est facturée par une société de portage salarial.

Celle-ci vous reverse environ 50 % du montant de la facture, l’autre partie représentant les cotisations patronales, salariales, ainsi que sa commission. En 2013, 30 000 à 50 000 personnes exerçaient une activité en portage salarial par l’intermédiaire de 300 sociétés spécialisées.

La formule convient bien aux cadres licenciés en milieu ou fin de carrière, car elle permet de continuer à cotiser pour la retraite, sans avoir à gérer une structure. « C’est la solution la plus simple pour créer une situation de retour à l’emploi ou pour créer une activité autonome, conseille Baudouin des Courtils, président de la Fédération nationale du portage salarial.

Avant de choisir une société de portage salarial, il vaut mieux en rencontrer deux ou trois afin de choisir celle qui inspire le plus confiance. 

« Un accord national signé depuis la loi du 23 juin 2008 précise que le portage salarial est destiné aux cadres pour des missions de conseil, d’expertise ou de formation, explique Roland Bréchot, directeur général d’ITG.

C’est une formule qui peut permettre à des jeunes de commencer une mission, mais il y a beaucoup de retraités qui peuvent rendre service à leur ancienne entreprise ou à des prestataires de services. Le portage salarial, c’est comme une famille transitionnelle : des personnes reviennent plusieurs fois, souvent pendant leur période de chômage, afin de compléter leur indemnisation et de prolonger leurs droits. »

Par la suite, un accord professionnel a été signé le 24 juin 2010 et a pour finalité d'organiser l'activité de portage salarial. Toutefois, une loi est nécessaire pour encadrer les règles de recours au portage salarial. Elle n’est pas encore intervenue. De nouvelles règles doivent être fixées d’ici le 1er janvier 2015.

S'installer à la campagne

De nombreux citadins rêvent de changer d’air ! Mais quitter la ville pour la campagne ne s’improvise pas. Comme tout projet, il faut le penser, le tester, et ne pas partir sur un coup de tête. Pour preuve, plus d’un quart des créations d’activités se soldent par un dépôt de bilan au bout de dix-huit mois.

Bien souvent, constate Jean-Yves Pineau, directeur du Collectif Ville Campagne qui aide les postulants à monter leur projet, la raison est d’ordre patrimonial, car l’immobilier est moins cher à la campagne.

Or, poursuit ce spécialiste, « le projet se construit autour de trois piliers : le projet de vie, le projet professionnel, le territoire. Les personnes qui réussissent leur intégration sont celles qui ont l’humilité de savoir qu’elles ne sont pas attendues et qui cherchent à comprendre le territoire, son histoire, les gens ».

Dans ce domaine, des régions comme le Limousin innovent en mettant à la disposition des candidats des « logements passerelle », pour leur permettre de tester une activité avant de s’implanter définitivement. C’est le cas de l’association « Résider pour entreprendre » qui propose des maisons pour un loyer d’environ 530 € par mois pendant deux ans maximum.

Parmi les projets ruraux, les chambres d’hôtes. Beaucoup en rêvent et s’imaginent qu’il s’agit d’une activité idyllique consistant à rester au bord de la piscine pendant que les hôtes se débrouillent ! Là encore, il s’agit d’un projet de vie, qui implique toute la famille.

« Je commence toujours par rappeler aux postulants que gérer cinq chambres d’hôtes représente 1,2 tonne de linge à laver par an !, avertit Caroline Kyberd, rédactrice en chef d’« Accueillir Magazine ». S’il s’ouvre tous les ans entre 10 000 à 15 000 chambres, il s’en ferme autant, et 30 % des créations s’arrêtent entre trois mois et deux ans.

Sur 23 000 adresses, 1 000 représentent une activité à plein-temps. Cela suppose de gérer les chambres d’hôtes comme une véritable entreprise. »

Car sans clients, pas de rentabilité : en moyenne, trois chambres exploitées d’avril à septembre génèrent environ 16 000 € de chiffre d’affaires. Un complément de revenus intéressant. 

En savoir plus

- Association nationale pour le développement du télétravail et de la téléformation : www.andt.org
- Association française du télétravail et des téléactivités : www.aftt.asso.fr
- Syndicat des professionnels de l’emploi en portage salarial :
 www.peps-syndicat.fr

- S’installer à la campagne : www.installation-campagne.fr, www.projetsencampagne.com, www.demain.fr