Egalité femmes-hommes : un guide pour les TPE-PME

Egalité femmes-hommes : un guide pour les TPE-PME
Le guide propose de nombreuses pistes d'action pour réduire les écarts entre les hommes et les femmes au travail. - © skynesher

Ecart de rémunération, ralentissement de carrière… L’égalité professionnelle n’est pas encore acquise. Un guide propose aux très petites, petites et moyennes entreprises des actions concrètes pour améliorer la situation des salariées.

A conditions de travail identiques (secteur, poste, âge, temps plein), les femmes gagnent en moyenne 9,9 % de moins que leurs collègues masculins, selon l’Insee. Afin d’inciter les très petites entreprises (TPE) et les petites et moyennes entreprises (PME) à développer des plans d’action en faveur de l’égalité professionnelle, la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, et la secrétaire d’Etat chargée de l’Egalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, ont lancé mardi 10 octobre un guide pratique. Baptisé « Egalité Femmes-hommes. Mon entreprise s’engage », il a pour objectif de « lever les freins liés aux stéréotypes et de favoriser le développement de plans d’action en faveur de l’égalité professionnelle ».

« Si, au 15 décembre 2016, 43,6 % des entreprises sont couvertes par un accord ou un plan d’action sur l’égalité professionnelle, c’est le cas de seulement 38 % des entreprises de 50 à 299 salarié.e.s », rappelle en préambule le document d’une soixantaine de pages.

Identifier les domaines où il faut agir

Avant tout, le guide recommande de mettre en place un groupe de travail transversal, avec des membres de la direction, des salariés et des représentants syndicaux, qui établira un diagnostic chiffré de la situation de l’entreprise en matière d’égalité femmes-hommes. Cet état des lieux permettra d’observer les écarts, d’analyser leur origine et d’identifier « les domaines prioritaires sur lesquels travailler en matière d’égalité ». La loi détermine neuf domaines d’action : l’embauche, les conditions de travail, la formation, la rémunération effective, la qualification, la promotion, la sécurité et la santé, l’articulation vie professionnelle et vie privée, et enfin, la classification des postes.

Etablir un plan d’action

Une fois le diagnostic établi, le groupe de travail peut s’atteler aux actions à mener pour résorber les écarts. Le guide propose de nombreuses pistes. En matière de promotion interne, il conseille par exemple d’afficher « publiquement les postes à pourvoir dans l’entreprise », d’inciter « les femmes à dépasser leur autocensure et à postuler » ou encore d’ouvrir « davantage les promotions de poste aux femmes salariées à temps partiel ».

Concernant les conditions de travail, il suggère de mettre en place « des actions de prévention en matière de harcèlement sexuel et d’agissement sexiste », d’adapter les conditions de travail aux femmes enceintes et d’assurer l’égalité de rémunération dès l’embauche.

Pour que les résultats soient au rendez-vous, la démarche égalité doit être menée sur le long terme. Le guide conseille ainsi d’organiser régulièrement des réunions avec le groupe de travail pour évaluer les avancées ou de soumettre les salariés à un questionnaire.

Le guide est disponible sur le site du ministère du Travail.