Cancer et travail : une équation économiquement gagnante

Conditions de travail
Une étude menée par l'association Cancer@Work démontre que le maintien des personnes atteintes de cancer dans l'emploi est non seulement profitable aux malades mais aussi à l'entreprise. - © monkeybusinessimages

Chaque année, 385 000 nouveaux cas de cancer sont diagnostiqués en France. Une étude démontre que le maintien des personnes malades dans l’emploi est profitable aux patients, mais aussi aux employeurs.

En France, 1 000 personnes sont diagnostiquées chaque jour du cancer. Parmi elles, 400 sont en activité professionnelle. Le phénomène est loin d’être isolé. Selon une étude de l’association CanceratWork, qui milite pour une meilleure prise en compte de cette maladie par les entreprises, 41 % des actifs déclarent connaître au moins un salarié touché par le cancer. Près du quart d’entre eux a connu un cas dans son équipe.

Les conséquences sont importantes. D’abord du côté des malades, pour qui le cancer est souvent synonyme d’isolement et souvent de rupture du parcours professionnel. Ensuite du côté des entreprises, pour qui la maladie occasionne des difficultés dans la gestion des effectifs et des compétences. Sans oublier bien sûr le coût de l’absentéisme. Selon CanceratWork, ce dernier occasionnerait une charge de 525 millions d’euros par an.

Malgré cela, rares sont les employeurs à se mobiliser autour de ce sujet. « Dans l’entreprise, la maladie n’existe pas, pointe Philippe salle, le président de CanceratWork. Soit on est malade et en arrêt-maladie, soit on est guéri et on revient au travail. »

Il y aurait pourtant beaucoup à gagner à mieux accompagner les salariés malades et à favoriser, lorsque cela est possible, leur maintien dans l’emploi, comme le démontre une autre étude, publiée au mois de février. Selon elle, 41 % d’entre eux estiment que la maladie a révélé ou accentué chez eux des compétences ou des qualités valorisantes sur le plan professionnel. Plus globalement, 78 % des actifs estiment que le maintien dans l’emploi des malades renforce la cohésion et l’engagement des équipes.

Des économies de taille

Les bénéfices sont également financiers. Selon CanceratWork, le maintien en activité des personnes nouvellement diagnostiquées et en mesure de travailler, pourrait générer une économie de 74 à 491 millions d’euros par an pour les entreprises, mais aussi une baisse des indemnités journalières d’assurance maladie, comprise entre 147 et 283 millions d’euros par an.

« De la même manière que la maladie peut rendre une personne plus forte, elle peut rendre une entreprise plus performante », juge Anne-Sophie Tuszynski, l’une des fondatrices de CanceratWork. Reste aux services RH à développer des politiques adaptées, au sein des entreprises, pour accompagner les salariés malades.

Et aussi sur Dossier familial