Au chômage, vous avez droit à des aides à la formation et à la création d’entreprise

<em>Modifier Article</em> Au chômage, vous avez droit à des aides à la formation et à la création d’entreprise
Il existe diverses possibilités de financement du volet pédagogique de la formation. - © monkeybusinessimages

Inscrit à Pôle emploi, vous pouvez vous faire accompagner financièrement pour vous former ou lancer votre propre activité.

Formation

Il existe diverses possibilités de financement du volet pédagogique de la formation. En premier lieu, étudiez l’offre de formation du programme régional de formation (PRF) de votre conseil régional. En fonction du métier visé, vous pouvez vous tourner également vers l’un des organismes paritaires chargés de la formation des salariés (OPCA-Opacif). Pensez aussi à votre compte personnel de formation (CPF).

En dernier recours, Pôle emploi dispose d’un catalogue de formations dans le cadre de son aide individuelle à la formation (AIF). En qualité de demandeur d’emploi indemnisé au titre de l’aide au retour à l’emploi (ARE), vous recevrez l’ARE-formation, d’un montant égal. En cas d’expiration de vos droits avant la fin de la formation, la rémunération de fin de formation (RFF), jusqu’à 652,02 euros par mois, ou, à défaut, l’allocation spécifique de solidarité (ASS), jusqu’à 489,60 euros par mois pour une personne seule, prendront le relais. Si vous n’êtes pas indemnisé mais que votre formation est agréée par Pôle emploi, demandez la rémunération des formations de Pôle emploi (RFPE) d’un montant de 652,02 euros par mois (sauf exceptions qui dépendent de votre situation et de la durée de la formation).

Création d’entreprise

Les demandeurs d’emploi bénéficient également d’aides à la création ou à la reprise d’entreprise. Première étape, vous devez demander la réduction ou l’exonération des charges sociales grâce à l’aide au chômeur créant ou reprenant une entreprise (ACCRE) auprès du centre de formalités des entreprises. Vous pourrez alors avoir accès à un accompagnement technique gratuit de trois ans, le NACRE, et à des exonérations de cotisations sociales, durant un à trois ans (pour les micro-entrepreneurs).

De plus, l’aide à la reprise ou à la création d’entreprise (ARCE) également appelée « capital Pôle emploi », réservée aux demandeurs d’emploi indemnisés, peut vous aider à financer votre projet. Pôle emploi propose ainsi de verser en deux fois 45 % de la somme des allocations-chômage qu’il vous reste à percevoir au moment de lancer votre activité. En cas d’échec, si vous deviez vous réinscrire auprès de Pôle emploi, vous conserveriez vos anciens droits, moins le montant de l’ARCE que vous avez déjà perçu.