Feux tricolores : plusieurs villes les suppriment

Feux tricolores : plusieurs villes les suppriment
10 000 accidents se produisent chaque année en France au niveau de ces carrefours. - © suesmith2

Nantes, Bordeaux, Lyon… de plus en plus de villes expérimentent la réduction, voire la suppression, des feux tricolores afin de réduire les embouteillages et d’améliorer la sécurité.

Dans le cadre du plan Piéton, le Conseil de Paris a voté le 30 janvier dernier l’expérimentation prochaine de l’abandon des feux rouges aux carrefours dans certains quartiers. La capitale n’est pas la seule ville française à faire ce choix.

Depuis un an, Bordeaux a commencé à retirer des feux tricolores. L’agglomération bordelaise souhaite en supprimer jusqu’à 300 d’ici cinq ans. Dans l’hypercentre de Lyon, trois carrefours à feux ont été retirés. Nantes, Niort et Rouen font de même. Quant à la commune d’Abbeville, dans la Somme, il ne reste plus qu’un seul feu tricolore. Les feux sont remplacés par des priorités à droite, des cédez-le-passage ou des ronds-points.

10 000 accidents chaque année

Supprimer les feux de circulation permet de fluidifier le trafic et de renforcer la sécurité. Car 10 000 accidents, provoquant 150 morts et 1 500 blessés, se produisent chaque année en France au niveau de ces carrefours. « Les études montrent que lorsqu'on élimine les feux à certains embranchements, il y a moitié moins d'attente pour les conducteurs mais il y a surtout moins de morts car les automobilistes ont tendance à ralentir », explique Anne Souyris, coprésidente du groupe écologiste de Paris, dans Le Parisien du 13 février.

En l’absence de feux, les conducteurs sont plus vigilants. « Les automobilistes font davantage attention lorsqu'ils se rapprochent d'un passage protégé, et les piétons ont tendance à regarder à deux fois avant de traverser », souligne dans Le Parisien Michel Duchene, vice-président chargé des grands projets urbains au sein de la Métropole de Bordeaux.

Des expériences à l’étranger

La France n’est pas le seul pays à tenter l’expérience. Drachten, commune de 45 000 habitants aux Pays-Bas, a été l’une des premières villes à inaugurer le concept. Les feux rouges ont été retirés ainsi que des panneaux de signalisation comme les stops ou les cédez-le-passage. Les automobilistes se sont retrouvés seuls responsables de leur sécurité. Résultat : les accidents ont diminué.

Autre exemple : Philadelphie, aux Etats-Unis. Dans cette ville américaine, la suppression des feux inutiles, remplacés par des cédez-le-passage, a permis de réduire de 25 % les accidents sur les intersections concernées.