Essence ou diesel : ce que coûte réellement une voiture

Essence ou diesel : ce que coûte réellement une voiture
Le groupe Argus a dévoilé le prix de revient kilométrique de plus de 1 000 véhicules en 2018. - © kh_art

Achat du véhicule, carburant, entretien, assurance… Le prix de revient kilométrique (PRK) des véhicules est à la hausse en 2018 d’après L’Argus. En raison de l’augmentation de son prix à la pompe, le diesel est de moins en moins compétitif.

Avec la hausse du prix des carburants et le rééquilibrage de la fiscalité essence/diesel, les écarts de prix de revient entre les voitures roulant au sans plomb et celles roulant au gazole s’amenuisent. C’est le constat dressé par le groupe Argus dans son étude publiée jeudi 8 février sur le prix de revient kilométrique (PRK). Elle a porté sur plus de 1 000 véhicules.

Cet indicateur permet de connaître au centime près ce que coûte réellement un véhicule à chaque kilomètre parcouru, en prenant en compte le prix d’achat, le coût de l’assurance, de l’entretien et la consommation de carburant. Selon la durée de détention (de un à cinq ans) et le type d’utilisation (de 10 000 km à 35 000 km par an), le PRK obtenu est différent.

Premier enseignement de l’étude 2018 : cette année, le kilomètre parcouru coûte plus cher. Même la championne du classement depuis plusieurs années, la DACIA Sandero, est légèrement plus coûteuse à l’usage. Le PRK de la version 0.9 TCe 90 Ambiance passe de 0,36 à 0,37 € (pour 1 an et 15 000 km).

« La principale explication tient à la forte augmentation des carburants », explique l’étude. Depuis le début de l’année, le prix moyen du litre de sans-plomb 95 est passé de 1,38 à 1,47 € et celui du litre de gazole de 1,23 à 1,39 €.

L’écart essence/diesel se resserre

Cette hausse de tarif à la pompe s’explique en partie par l’augmentation, depuis le 1er janvier 2018, de la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TICPE) de 3,8 centimes d’euros sur l’essence et de 7,6 centimes sur le gazole. Avec pour effet de réduire l’écart du prix moyen à la pompe entre l’essence et le diesel. Il est passé de 0,15 € en 2017 (1,38 pour le SP95 contre 1,23 € pour le gazole) à 0,08 € en 2018 (1,47 contre 1,39 €).

Cette politique fiscale a un impact direct « sur le PRK et la rentabilité du diesel ». Par exemple pour la Citroën C4 Picasso, le PRK de la version PureTech 110 (essence) est de 0,90 € et celui de la BlueHDi 100 (diesel) de 0,88 €. Ici, l’avantage va encore au gazole mais sur certains modèles, la situation s’est inversée. C’est ainsi le cas du Nissan Qashqai. En 2017, son PRK était de 0,71 € en version diesel et 0,74 € en version essence. En 2018, c’est l’inverse (0,82 € contre 0,79 €).

Les 15 véhicules les moins chers et les 15 les plus chers selon L’Argus