Pourquoi passer à la fibre optique ?

Une connexion Internet par fibre optique permet de surfer, télécharger des fichiers à la vitesse éclair ou regarder des films en direct. - © Ridofranz

Surfer, télécharger des fichiers à la vitesse éclair ou regarder des films en direct ? C’est ce que permet une connexion Internet par fibre optique. Les clés pour comprendre cette technologie et les offres liées.

En a-t-on vraiment besoin ?


« Une fois qu’on a goûté à la fibre optique, on ne peut plus s’en passer, explique François Le Gall, chef de produit télécoms pour le courtier en offres Internet et mobile Ariase. D’abord, parce que le débit en réception (download) peut-être jusqu’à 50 fois plus rapide que la meilleure connexion ADSL. » Télécharger vidéos et photos ne prend plus que quelques secondes. Pareil en émission (upload ou débit montant) pour envoyer de gros fichiers par courriel ou sauvegarder des données sur le Cloud (Dropbox, Google Drive...) : jusqu’à
 1 Mb/s en fibre ADSL et jusqu’à 250 Mb/s avec la fibre optique.

Autre avantage, « la possibilité de faire du multi-usage et du multiposte : plusieurs personnes peuvent se connecter simultanément avec leurs ordinateurs, tablettes, smartphones tout en regardant la télévision sans subir de ralentissement », indique François Le Gall.

Peut-on tous en disposer ?

Pas encore. Contrairement à l’Internet haut débit en ADSL qui transite par la
 prise téléphonique présente dans tous les logements, celui à très haut débit en fibre optique emprunte un nouveau réseau en cours de construction. Après les grandes agglomérations (Paris, Lyon, Montpellier, Toulouse, Bordeaux...), Bouygues, Free, SFR et Orange se sont engagés à le déployer dans 3 600 communes d’ici à 2020, dans le cadre du Plan France très haut débit lancé par le gouvernement. Le reste du territoire sera couvert par des « réseaux d’initiative publique » portés par les collectivités locales.

À noter : les nouvelles constructions (immeubles, maisons individuelles) doivent obligatoirement être équipées de lignes à très haut débit en fibre optique en vue d’être raccordées d’ici à 2022 au plus tard.

Comment faire pour raccorder sa maison ou son immeuble ?


Pour être raccordé, il faut qu’un opérateur ait posé la fibre à proximité de votre logement. Pour le savoir, testez votre éligibilité. En l’absence de raccordement, consultez le site observatoire.francethd.fr pour savoir quand il aura lieu dans votre quartier. Si vous êtes éligible, faites votre choix parmi les opérateurs disponibles. Dans l’habitat collectif, suivez le même préalable puis demandez au syndic que le raccordement de l’immeuble soit discuté lors de la prochaine assemblée générale (AG).

À noter : les locataires peuvent faire valoir leur « droit à la fibre » et demander à leur bailleur que le fibrage de l’immeuble soit inscrit à l’ordre du jour de la prochaine AG.

Que signifient FTTH, FTTLA et FTTB ?

Ces abréviations expriment le mode de raccordement de votre logement à la fibre optique. Avec le FTTH (Fiber to the Home : fibre jusqu’au domicile), votre logement peut être directement branché au réseau fibré. Un débit très performant puisque vous bénéficiez de la rapidité de transmission des données de bout en bout.

Quant aux FTTLA (Fiber to the Last Amplifier : fibre jusqu’au dernier amplificateur) et FTTB (Fiber to the Building : fibre jusqu’à l’immeuble), ils signifient que la fibre a été « tirée » à proximité ou jusqu’en bas de chez vous. Pour rejoindre votre domicile, elle emprunte un câble coaxial (de télévision) jusqu’à votre prise d’antenne murale. Principalement proposée par SFR, la fibre avec terminaison coaxiale est parfois moins rapide que le FTTH.

Comment choisir l’opérateur qui installe la fibre de sa copropriété ?

Dans un immeuble ou une résidence, un seul fournisseur d’accès à Internet doit être choisi pour l’installation de la fibre : l’opérateur d’immeuble. Pour le sélectionner, renseignez-vous pour savoir s’il a déjà déployé son réseau dans votre rue car les délais de raccordement et d’installation seront plus courts.

Ensuite, évaluez les solutions de raccordement qu’il propose (FTTH, FTTB, FTTLA), et pour la FTTH, la technologie qui a été retenue : la monofibre (qui impose un partage de la bande passante), ou la multifibre (une fibre par logement), plus rapide. Examinez aussi les modalités d’exécution des travaux d’installation 
– notamment dans les parties communes – les conditions de maintenance du réseau... Une convention détaillant tous ces critères doit être signée avec l’opérateur choisi qui dispose alors de six mois pour réaliser les travaux.

Est-on obligé de choisir l’abonnement Internet de l’opérateur qui a équipé l’immeuble ?

Non, en théorie, car le réseau interne installé par l’opérateur d’immeuble est obligatoirement ouvert aux autres fournisseurs d’accès à Internet (FAI). Mais dans les faits, même dans les grandes villes, il est rare que tous les concurrents s’y connectent. Le choix est donc limité. En revanche, même si un immeuble est équipé, vous n’êtes pas obligé de passer à un abonnement « fibre ».

Le raccordement coûte-t-il cher ? Est-il immédiat ?


Le fibrage d’un immeuble est gratuit pour
 les copropriétaires, l’intégralité des frais d’installation étant supportée par les opérateurs. En revanche, des frais sont réclamés pour le raccordement d’une maison individuelle. Comptez au minimum deux semaines et jusqu’à plusieurs mois, les installateurs étant très sollicités. Un souci que n’a pas rencontré Annie, une Toulousaine qui a opté pour l’offre fibre de Numericable-SFR qui lui fournissait jusqu’ici sa connexion : « Après la réception de ma nouvelle box compatible, mon abonnement a été opérationnel dans la journée. »

Comment être sûr que la fibre arrive jusqu’à chez soi ?


Votre immeuble ou maison est déjà équipé(e) ? Pour savoir à quel fournisseur d’accès Internet (FAI) vous avez accès, testez votre éligibilité à partir de votre numéro de téléphone fixe
 et de votre adresse postale complète. Des outils sont accessibles sur les sites des opérateurs ou, mieux, sur des comparateurs comme zoneadsl.com, bonabo.fr ou ariase.com.

« Vous aurez ainsi accès à une analyse de la couverture numérique de votre domicile : les technologies disponibles chez vous pour chaque FAI ainsi que les offres liées et le niveau de service offert », souligne François le Gall.

Paie-t-on son abonnement Internet plus cher ?


Pas forcément. Mais ce sera une affaire de compromis entre prix, débit et services (appels vers les mobiles, chaînes de télévision).
 À vous de déterminer l’offre la plus adaptée
 à vos usages et à votre budget.

Et si le débit est moins rapide qu’escompté ?


« Le problème ne vient pas toujours de l’opérateur, précise François Le Gall. Une connexion peut être détériorée, notamment si vous vous connectez en wi-fi et que la box est à l’autre bout de votre logement, ou parce que votre ordinateur est infecté par un virus qui monopolise la connexion. » Ayez les bons réflexes pour une connexion sans accroc : nettoyez votre Mac ou votre PC avec un antivirus et surtout, connectez-le directement à la box avec un câble Ethernet.