Voyager autrement en échangeant sa maison

Batch operation process

Visiter un pays de façon économique, c’est possible en échangeant son logement. Les bourses d’échange permettent de vivre des vacances différentes.

"Passer des vacances aux îles Vierges (Antilles américaines) face à la baie de Saint-Thomas, je n’y avais pas pensé. Mais lorsque nous avons reçu cette proposition, nous avons aussitôt été séduits par le cadre et la belle maison." Virginie et Patrick ont ainsi échangé leur logement parisien, situé dans le XIVe arrondissement, avec un couple d’Américains qui souhaitaient venir visiter la capitale française.

"Au départ nous étions un peu inquiets, car notre appartement n’était pas très confortable, pas de baignoire, une cuisine rudimentaire…", précise Virginie, qui se remémore avec délectation ses vacances sur les plages de sable blanc et sa découverte des barrières de corail.

Ma chaumière contre un palais

Il n’est pas nécessaire en effet que le bien échangé soit équivalent. "Même si un confort minimal s’impose, la réciprocité n’est pas de mise", souligne Kristina Caillaux, responsable d’Intervac en France. "Nous avons même eu un président des États-Unis (Jimmy Carter) qui a fait un échange avec un de nos membres en Allemagne", raconte Lilli Engle, de HomeLink, l’un des organismes pionniers de l’échange d’appartements. Si vous êtes locataire, vous pouvez prêter votre logement sans être obligé d’en avertir le propriétaire (contrairement à la sous-location).

Bien qu’il existe des bourses d’échange gratuites, il est préférable de passer par l’intermédiaire d’un organisme payant, qui garantit le sérieux des annonces (moyennant de 45 à 175 € de cotisation annuelle). Vous pouvez déposer et consulter les annonces. Elles comportent toutes une description détaillée du logement, photographies à l’appui, les activités à proximité et les dates de disponibilité. "Valoriser sa maison ne signifie pas induire en erreur son partenaire d’échange", souligne Kristina Caillaux.

Tisser une relation de confiance

Pour éviter les mauvaises surprises, "il faut prendre le temps de préparer l’échange, de multiplier les contacts, faire connaissance, échanger des photos, engager une correspondance… Il importe d’instaurer une relation de confiance", ajoute Christelle Mistro-Dit-Pachet, l’une des responsables de Trocmaison, un autre organisme d’échange.

Avec plus de quinze échanges à leur actif, Catherine et Henri M. sont des inconditionnels. Ils n’ont été déçus qu’une seule fois : "Nous avions échangé notre appartement avec une famille italienne de Padoue. À notre arrivée, nous avons découvert que la maison était au bord d’une route nationale très passante. Heureusement, un ami de cette famille est passé nous voir et, devant notre désarroi, nous a laissé sa propre maison."

Vous pouvez toujours faire part de votre mécontentement à l’organisme à l’origine de l’échange. Il n’est toutefois pas responsable. "Nous sommes juste un dépôt d’annonces, mais nous contrôlons les messages qui sont diffusés sur notre site", précise Lorène Jourdain, responsable du site www.echange-maison.net.

Définir les modalités

Une fois que vous vous êtes mis d’accord, les modalités précises de l’échange doivent être fixées. Il est préférable de rédiger une convention écrite qui sera signée par les deux familles. Les organismes mettent à votre disposition des modèles de contrat. Celui-ci doit mentionner les dates de l’échange, les caractéristiques de chaque maison et, éventuellement, le prix des consommations (eau, électricité, parking…).

Toutefois, ce que vous consommez chez vos hôtes, ils le consomment chez vous : c’est pourquoi, dans la majorité des cas, aucune indemnisation n’est prévue. Cependant, mettez-vous d’accord sur l’utilisation du téléphone : vous pouvez demander à votre opérateur une facture détaillée afin que chacun paie ses communications.

Préparer sa maison

L’accueil de vos hôtes suppose un minimum de préparation. Placard, literie, vaisselle, linge : tout doit être propre. Le réfrigérateur sera laissé vide, à l’exception de quelques provisions afin que vos hôtes ne soient pas totalement démunis lors de leur arrivée.

Il est très utile de concevoir un guide d’accueil qui recensera toutes les informations pratiques essentielles, notamment le mode de fonctionnement des appareils électroménagers, l’endroit où se situent le tableau électrique et le robinet de fermeture d’eau, le fonctionnement de l’alarme, d’Internet et du téléphone…

Vous mettrez en évidence une liste de numéros de téléphone utiles (pompiers, police, hôpital, médecin…) et laisserez des informations sur votre ville : plan, dépliants touristiques, commerces, restaurants, cinémas et théâtres, modalités de transport. Demandez à un proche (parent, ami…) d’être présent pour accueillir vos hôtes et les aider à s’installer. Vous pouvez également ranger à l’écart vos objets précieux et documents confidentiels. Il n’est pas interdit de condamner un ou plusieurs placards, voire une pièce entière, à condition de prévenir vos invités afin de ne pas les offusquer.

Annulation de dernière minute

Si votre partenaire se désiste à la dernière minute, alors que vous avez réservé vos billets d’avion et votre location de voiture, vous ne disposez d’aucun recours. Seul Homeforexchange propose une assurance annulation, mais les autres organismes, comme Intervac, HomeLink ou Trocmaison, mettent tout en œuvre pour trouver une solution, notamment en appelant à l’aide les autres familles membres.

Peu de litiges surviennent, mais quelques désagréments sont possibles : découvrir une maison où le ménage laisse à désirer, retrouver à son retour des objets abîmés ou des appareils électroménagers qui ne fonctionnent plus… "C’est effectivement un risque, mais il faut relativiser : passer trois semaines à Monterrey, sur la côte ouest des États-Unis, dans une superbe villa moderne vaut bien le désagrément d’une cafetière cassée", constate Dimitry Louvencourt, de Profvac.

Enfin, sachez que votre contrat multirisque habitation couvre en principe tous les dégâts commis par votre hôte dans votre logement ainsi que les dommages que vous pourriez provoquer dans celui que l’on vous a prêté. Il n’est toutefois pas inutile d’appeler votre assureur pour l’informer de l’échange, et de vérifier les conditions et les limites exactes de la couverture lorsqu’un tiers garde votre maison pendant votre absence.

Prêter son véhicule

L’échange peut aussi inclure la voiture. Dans ce cas, vous préciserez dans la convention écrite les modalités de cet échange, et notamment le nombre de kilomètres à parcourir et le paiement d’éventuelles contraventions. Vous prendrez soin d’informer le conducteur du fonctionnement de votre voiture (diesel ou essence, carte grise, assurance…) et vous attirerez son attention sur les contraventions pour excès de vitesse.

N’oubliez pas de vous renseigner sur le ou les conducteurs, leur âge et leur expérience. Vérifiez ensuite auprès de votre compagnie d’assurances si le conducteur tiers est bien couvert en cas d’accident ainsi que le montant de la franchise.

Adresses utiles

HomeLink International

Cet organisme, créé en 1953, propose des modèles de contrat d’échange, des lettres types en anglais et un formulaire d’évaluation (18 000 offres, 70 pays répertoriés, 2 catalogues papier par an). Le montant de la cotisation s’élève à 125 € pour l’accès aux offres Internet. Il faut ajouter 60 € pour recevoir le catalogue.
19 cours des Arts-et-Métiers, 13100 Aix-en-Provence
Tél. : 04 42 27 14 14
Web : www.homelink.fr

Intervac

Cet organisme, né en 1953 d’une scission avec HomeLink, met à disposition des modèles de contrat d’échange (12 000 offres, 50 pays répertoriés, 2 catalogues papier par an). La cotisation est de 75 € pour des annonces situées en France et dans les Dom-Tom, à 95 € pour l’international et à 160 € pour les annonces couvrant la France et l’international.
230 bd Voltaire, 75011 Paris
Tél. : 0820 888 342
Web : www.intervac.fr et www.echangedemaison.com

Trocmaison

L’organisme, créé en 1992 (c’est la version française de HomeExchange), propose des modèles de lettres et de contrat (29 000 offres, 130 pays répertoriés). La cotisation coûte 83,40 € par an.
Tél : 05 59 02 02 02
Web : http://trocmaison.com

Profvac

Bourse d’échange réservée aux enseignants et aux chercheurs. L’organisme propose des modèles de contrat (1 300 offres, 50 pays répertoriés). La cotisation coûte 60 € par an.
39 rue Lacépède, 75005 Paris
Tél. : 01 46 58 46 46
Web : www.profvac.com