Tarifs SNCF : comment s'y retrouver ?

Tarifs SNCF : comment s'y retrouver ?

Réserver tôt, partir au dernier moment, préférer Internet… Le passager ne sait plus à quel train se vouer ! Un décryptage des tarifs s’impose.

Pourquoi, dans le même wagon, certains voyageurs ont-ils payé leur Paris-Bordeaux 20 € et d’autres plus de 80 € ? En fait, la SNCF applique, à l’instar des compagnies aériennes, des règles qui lui permettent un remplissage optimal. Ainsi, pour voyager à bas prix, il faut s’y prendre à l’avance et/ou partir en horaire décalé.

Mais quand chaque tarif ou presque a sa propre appellation (Prem’s, Prem’s Week-End, iDTGV, Loisir, etc.), qu’il existe de multiples cartes, que certaines offres ne sont accessibles que sur Internet, le client est perdu.

Des tarifs attractifs

"Bien sûr, cela paraît compliqué. Mais si nous proposions un seul tarif, il serait plus cher que le prix moyen pratiqué actuellement. Tout le monde souhaite voyager le vendredi entre 16 heures et 18 heures.

Mais ces petites différences de prix, qui incitent les voyageurs à décaler leur départ, ont pour conséquence un meilleur remplissage des trains. Ce taux d’occupation élevé nous permet de continuer à offrir aux voyageurs des tarifs attractifs", justifie un responsable du marketing Grandes Lignes.

Parce que les billets à prix réduit ne sont pas uniquement pour les autres, nous avons passé au crible l’offre de la SNCF.

Tarif Loisir : du simple au double

Présenté comme le tarif "standard", il varie selon la période - normale ou de pointe -, la distance et l’anticipation.

Il offre l’avantage de la souplesse puisque les billets sont disponibles jusqu’au dernier moment, échangeables et remboursables gratuitement jusqu’à la veille du départ, et le jour même moyennant 10 €.

Pour bénéficier des meilleurs tarifs vous pouvez prendre vos billets dès 90 jours avant le départ.

Ainsi, en tarif Loisir (prix relevés en 2013), un trajet Paris-Bordeaux coûte :

  • 47 € en période normale (milieu de semaine, hors vacances scolaires) quand il est réservé plus d’un mois à l’avance ;
  • 75 € lorsqu'il est réservé une semaine à l'avance ;
  • 91 € en période de pointe (vendredi à 17 heures), même réservé trois mois à l’avance.

Les Prem’s : peu chers mais peu souples

Les Prem’s sont des billets à petits prix qui ne sont ni échangeables ni remboursables. Il faut donc être certain de partir à la date et à l’heure choisies.

  • Les Prem’s classiques, disponibles entre trois mois et quatorze jours avant le départ, coûtent 25 € sur les TGV, 35 € pour les couchettes, pour toute la France.
  • Les 100 % Prem’s : une bonne affaire si l’on est prêt à prendre le dernier train les vendredis et dimanches ou les trains en creux de journée durant les vacances scolaires. A réserver à l'avance.
  • Les Prem’s Vente Flash sont proposés à prix réduit lors de grandes promotions annuelles.

iDTGV : uniquement sur le Web

Les iDTGV sont nés fin 2004 pour concurrencer les compagnies aériennes low cost qui grignotaient des parts de marché.

Cela ne concerne qu’un à trois trains par jour, uniquement sur certaines destinations, à des horaires un peu décalés. Plus on réserve tôt, jusqu’à six mois à l’avance, moins les billets sont chers.

Le prix d’appel est fixé à 19 €. Les prix varient ensuite selon le taux de remplissage, mais demeurent moins élevés que sur les TGV classiques. On ne les trouve que sur Internet (www.idtgv.com) et le voyageur imprime lui-même son billet.

Même après impression, on peut, moyennant 12 €, jusqu’à cinq heures avant le voyage, changer de jour, d’horaire ou de destination, mais en restant sur iDTGV. Les billets iDTGV ne permettent pas d’accéder à une rame de TGV classique.

"Ouigo", le TGV low cost de la SNCF :

La SNCF a créé sa propre compagnie low cost, Ouigo, desservant dans un premier temps le Sud-Est de la France. Des billets sont vendus à partir de 10 €.

TGV Family : voyager en famille

Les TGV Family sont consacrés aux familles. Un animateur s'occupe des enfants en leur proposant des activités (principalement adaptées aux enfants à partir de 4 ans) : ateliers de création, dessins, concours, spectacles... 

Prix de la prestation : 6 euros par personne en plus du prix du billet.

Les différentes cartes et réductions

Les cartes vendues par la SNCF garantissent un minimum de 25 % de réduction calculé sur la base du tarif Loisir appliqué sur TGV ou Intercités.

Elles sont valables un an et les billets sont échangeables et remboursables (gratuitement la veille, 3 € le jour même). Le principe des S'Miles n'existe plus mais la SNCF propose des avantages liés aux différents programmes de fidélité.

  • Carte 12-17 : la plus avantageuse. Elle coûte 50 €, et elle est vite amortie. Les réductions vont jusqu’à 60 %. La réduction garantie est de 25 %. Sur TGV, les Prem's Dernière Minute disparaissent en tant que tels, car ils sont désormais réservés aux porteurs de cartes Jeune 12-17 et 18-27.
  • Carte 18-27 : elle est avantageuse elle aussi. Elle coûte 50 €. Les réductions vont jusqu’à 60 %. La réduction garantie est de 25 %. On peut y souscrire jusqu’à la veille de ses 27 ans, et en bénéficier ainsi jusqu’à 28 ans !
  • Carte Enfant + : intéressante, car on peut être cinq à en profiter (l’enfant de moins de 12 ans et quatre accompagnateurs). Coût : 75 € et réduction systématique de 25 % (jusqu’à 50 %). Le titulaire de la Carte Enfant+ paie la moitié du prix du billet adulte après réduction. S’il a moins de 4 ans, il voyage gratuitement (ou moyennant 9 € sans carte).
  • Carte Senior + : disponible à partir de 60 ans, elle coûte 65 €. Réductions jusqu’à 50 %.
  • Carte Week-end, pour les 26-59 ans, la moins rentable. Elle coûte 75 € pour des réductions jusqu’à 50 % sur des billets aller-retour avec une nuit du samedi au dimanche.
  • Carte Familles nombreuses : destinée aux familles d’au moins trois enfants mineurs, elle coûte 19 €. Réductions de 30 à 75 % selon le nombre d’enfants.
  • Carte Sncf Enfant Famille : cette nouvelle carte (15 €) est destinée aux familles disposant de revenus modestes avec un enfant (revenus 2011 inférieurs à 23 687 €) ou deux enfants (revenus 2011 inférieurs à 29 153 €) âgés de moins de 18 ans. Réductions de 25 à 50 %. Renseignements : www.caf.fr.
  • Billet congé annuel : destiné aux salariés, retraités, pensionnés ou demandeurs d’emploi, il permet, une fois par an pour un aller-retour d’au moins 200 km, d’obtenir une réduction de 25 % (50 % à condition d’en payer la moitié avec des chèques-vacances).

Achat et revente en ligne : restez vigilant !

Vous ne pouvez pas partir et risquer de perdre votre Prem’s, votre billet Loisir ou iDTGV ? Revendez-le !

Sur les sites KelBillet.com, Trocdestrains.com, Zepass.com, Leguichet.fr, vendeurs et acheteurs réalisent de bonnes affaires. Cette pratique est légale à condition de ne pas revendre le billet plus cher qu’il n’a été payé initialement.

Sachez que les billets "classiques" ne sont pas nominatifs, même s’ils portent votre nom en référence ; ils sont donc cessibles (sauf pour l’Eurostar).

Vous pouvez aussi faire bénéficier un tiers d’un "billet imprimé ®" (imprimé chez soi depuis Internet) déjà commandé et payé, tant qu’il n’a pas été "créé" ni imprimé puisque ce n’est qu’à ce moment que l’identité du voyageur est donnée.

Ensuite, ils deviennent nominatifs et incessibles : il ne faut pas les racheter, tout comme ceux qui bénéficient d’un petit prix grâce à une carte de réduction à présenter au contrôleur.

Pour vous aider 

  • Sur le site www.voyages-sncf.com, le code couleur vous donne une idée du tarif proposé : orange pour le moins cher, bleu pour le "normal", gris pour le plus élevé. Vous pouvez ainsi comparer les tarifs, y compris avec des cartes de réduction puisque le montant de la remise est indiqué.
  • Les interlocuteurs du 36 35 (0,34 €/min à partir d’un poste fixe) et les agents habitués à jongler avec les tarifs peuvent vous dénicher un bon plan.

Les 10 commandements pour payer moins

1. Guetter l’ouverture des réservations.
2. Réserver le plus tôt possible.
3. Traquer les promotions sur Internet.
4. En cas de trajet complexe, passer par le guichet.
5. Décaler son départ (de quelques heures ou quelques jours).
6. Revendre son billet sur les sites spécialisés.
7. Attendre les bons plans de dernière minute, des billets à prix cassé.
8. Vérifier si les billets en première classe ne sont pas moins chers que ceux en seconde.
9. N’acheter une carte de réduction que si elle s’avère vraiment rentable.
10. Utiliser le billet de congé annuel.