Loto, PMU… : bientôt obligé de montrer ses papiers pour jouer ?

Loto, PMU… : bientôt obligé de montrer ses papiers pour jouer ?
Un rapport parlementaire suggère des contrôles d'identité pour les jeux d'argent. - © Charles Platiau – Reuters

Des parlementaires veulent rendre obligatoire la présentation d’une pièce d’identité avant de jouer au Loto ou aux courses hippiques. Objectif : lutter contre l’argent sale et l’addiction de certains joueurs.

Après la Cour des comptes en octobre dernier, un rapport parlementaire rendu public le 8 février propose d’obliger les joueurs à décliner leur identité avant de cocher une grille de loto ou parier au PMU.

Dans un rapport* sur la régulation des jeux d’argent et de hasard, les députés Jacques Myard (LR) et Régis Juanico (PS) suggèrent qu’avant de jouer, les clients du PMU et de La Française des jeux (Loto, jeux à gratter) soient obligés de présenter une pièce d’identité qui serait lue automatiquement par un scanner, en utilisant les nouvelles bornes de prises de pari. Cela permettrait de « vérifier que le joueur est majeur, et éventuellement qu’il ne figure pas au fichier des interdits de jeu », expliquent les deux parlementaires.

Lutter contre l’argent sale

Derrière cette mesure, l’objectif est surtout de lutter de manière plus efficace contre les opérations de « blanchiment » qui s’effectuent via le PMU et la Française des jeux. Tous deux récusent cette image de « machine à laver » l’argent sale précisant qu’à partir d’une certaine somme, les joueurs sont obligés de donner leur identité.

Selon une directive européenne transposée en droit français en 2016, ceux qui misent plus de 2 000 euros ou en gagnent autant sont tenus de fournir une pièce d’identité. La Française des jeux respectent cette obligation puisqu’elle plafonne déjà les paiements en liquide à 1 000 euros pour les mises et 300 euros pour les gains.

Mais le PMU ne respecte pas ces règles. Il a abaissé le plafond de paiement des gains en espèces de 5 000 à 3 000 euros, sans appliquer de plafond pour les mises. Depuis 2010, le PMU a certes lancé une carte privative gratuite mais à titre facultatif. D’après le rapport, le nombre de cartes actives se limitait à 120 000 fin 2016, représentant seulement 2,8 % des enjeux.

Lutter contre l’addiction au jeu

Par ailleurs, le contrôle d’identité permettrait de limiter l’accès des jeux d’argent commercialisés aux mineurs. Un tiers des 15-17 ans joueraient à des jeux d’argent alors que c’est interdit.

Enfin, cette mesure serait un moyen de lutter contre l’addiction. Il y aurait en France environ 200 000 joueurs « excessifs » et 1 million de joueurs à « risque modéré », d’après les dernières données de l’Observatoire des jeux datées de 2014.

Les députés proposent ainsi d’étendre la consultation du fichier des interdits de jeu au réseau des points de vente physique du PMU et de la Française des jeux. Actuellement, l’inscription vaut pour les casinos, cercles de jeux, et jeux en ligne. Tout joueur compulsif peut demander à y être inscrit en s’adressant au ministère de l’Intérieur.

Un test au printemps

Au printemps, un système déclaratif automatisé (il faudra scanner ses papiers avant de miser) sera testé. S’il devenait obligatoire, PMU et FDJ craignent une diminution du nombre de joueurs. Les deux opérateurs mènent en ce moment une campagne de lobbying auprès des députés pour qu’aucune proposition de loi ne soit déposée.

* Pour accéder au rapport, cliquez ici.