Bien réagir en cas d’orage

Avoir les bons réflexes quand il y a de l'orage requiert sang froid et connaissances. - © BalazsKovacs

Surpris par un orage, nous ne savons pas toujours quoi faire. Que ce soit en plein air, en voiture ou même chez soi, savez-vous quels sont les bons comportements à adopter ?

Chaque année, en France, plus d’une centaine de personnes sont foudroyées, et une trentaine succombent aux suites de leurs blessures. Le foudroyé subit une électrisation (passage de courant à travers le corps) qui peut entraîner des perturbations cardio-vasculaires et neurologiques graves, parfois mortelles.

En France, les foudroiements de personnes se produisent généralement en plein air (campagne, montagne, sur des plans d’eau…), souvent au cours d’activités sportives et de loisirs. Voici 20 affirmations, élaborées avec l'association Protection Foudre, qui vous permettront de clarifier vos connaissances sur les précautions à prendre.

Dans un espace ouvert

Ce qu'on peut faire :

  • On doit s’écarter de toute structure métallique.
    On risque une électrocution si l’on touche un objet conducteur lui-même touché par la foudre.

  • On peut s'abriter sous un édifice en pierre.
    Si l’édifice ne dispose pas d’un paratonnerre, il faut s’abstenir de toucher un mur ou un pilier, ou de s’y appuyer.

  • En l’absence d’abri, on doit se pelotonner au sol.
    Pour éviter les risques de foudroiement, on ne doit ni marcher à grandes enjambées, ni se tenir debout jambes écartées. La meilleure position consiste à se pelotonner au sol, jambes repliées sous soi.

  • Une voiture constitue parfois une bonne protection contre la foudre.
    Si elle n’est pas décapotable, et si son toit n’est pas en plastique, une voiture constitue une cage de Faraday : elle forme une enceinte métallique close permettant d’isoler une portion d’espace contre les champs électriques. Les passagers sont ainsi protégés de l’électrocution. Bien sûr, la voiture doit être à l’arrêt, et il faut penser à rabattre l’antenne radio s’il y a lieu.

  • On peut se servir de son téléphone portable.
    Tout au moins lorsque l’antenne ne dépasse pas de la tête, ou très peu. Même s’il est métallique, son volume reste insuffisant pour attirer la foudre.

Ce qu'on ne doit pas faire :

  • En groupe, il ne faut pas se serrer les uns contre les autres.
    On doit s’écarter d’au moins 3 m, le foudroiement d’une personne pouvant se propager aux autres par un éclair latéral.
     
  • On ne doit pas s’abriter sous son parapluie.
    Aucun objet ne doit émerger au-dessus de la tête, surtout s’il est métallique. Tout élément conducteur d’électricité (parapluie, fourche, faux, club de golf…) doit être abaissé, ou mieux, déposé à côté de soi.
     
  • On ne doit pas s’abriter dans une cabine téléphonique.
    Si la ligne aérienne est touchée par la foudre, même loin, la surtension se propage, atteint la cabine et risque de commotionner la personne qui s’y trouve. A fortiori, on évite de téléphoner.
     
  • On ne doit pas s’abriter sous un arbre ou un groupe d’arbres.
    Sous un arbre ou un groupe d’arbres, on court cinquante fois plus de risques de se faire foudroyer. En forêt, il faut s’écarter au maximum des troncs et des branches basses.

En montagne

  • On peut parfois se réfugier sous une corniche.
    La corniche doit dominer d’au moins cinq fois la hauteur d’un individu. Et il faut éviter de se plaquer contre une paroi.

  • On peut s’abriter au fond d'une petite grotte.
    Il ne faut pas rester debout près de l’entrée mais se tenir accroupi à l’intérieur le plus loin possible du plafond, des parois et du fond.

  • On ne doit pas rester sur les crêtes.
    Les sommets et les arêtes exposent particulièrement aux risques de foudroiement.

Au bord de l’eau

  • On ne doit pas se baigner sous un orage.
    Il faut sortir de l’eau dès les premiers signes avant-coureurs de l’orage. Si l’on n’a pas le temps de sortir, mieux vaut attendre l’accalmie en restant le plus possible immergé.

  • Les campeurs ne doivent pas rester sous leur tente.
    Il est préférable d’aller se réfugier dans les sanitaires ou les abris en béton. S’il n’y en a pas, il faut s’éloigner de la tente et se recroqueviller sur le sol.

  • On ne doit pas se promener sur la plage.
    La proximité de l’eau accroît les risques de foudroiement, surtout si l’on marche les pieds dans l’eau.

Dans une maison

  • Il faut débrancher l’antenne de la télé.
    En l’absence de parafoudre, il est vivement recommandé de débrancher le câble d’antenne ainsi que le cordon d’alimentation électrique du téléviseur, car exposé à une forte surtension, il peut imploser.

  • Le paratonnerre d’un clocher ne protège pas les alentours.
    La zone de protection d’un paratonnerre reste très limitée. Pour une pointe placée à 30 m de hauteur, la zone protégée correspond à un cercle d’environ 60 m.

  • Couper le courant au compteur ne protège pas complétement.
    Couper l’alimentation électrique ne garantit pas totalement contre les surtensions, mieux vaut faire installer un parafoudre.

  • On doit éviter de toucher les pièces métalliques.
    En l’absence de parafoudre, il est déconseillé de toucher les tuyaux d’eau et les robinets, de prendre un bain ou une douche, de se servir des appareils électroménagers.

  • On ne doit pas téléphoner.
    Un téléphone fixe ne doit être utilisé qu’en cas d’urgence, on peut en revanche utiliser un portable.

Protéger ses installations domestiques

Les appareils électroniques (ordinateur, modem, hi-fi…) sont très sensibles aux surtensions.

La meilleure protection est assurée par un parafoudre installé par un professionnel sur le tableau électrique. Ces travaux reviennent entre 300 et 500 €. Si les appareils electro-ménagers se situent à plus de 30 m du compteur, il est prudent d’ajouter des prises 'parafoudre'. Utilisées seules, sans parafoudre au compteur, elles n’agissent pas durablement.

Veillez à acquérir un modèle de parafoudre conforme à la norme NF/EN 61643-11.

À lire aussi : Comment se protéger contre la foudre