Compteur Linky : les six questions qu’il pose

Le compteur Linky suscite des oppositions. - © Eric Gaillard – Reuters

Trois modèles du compteur électrique « intelligent » ont brûlé en novembre. Le déploiement du dispositif doit se poursuivre jusqu’à la fin de l’année 2021.

C’est un nouvel argument pour les opposants au compteur électrique « intelligent » Linky : un modèle installé à Louveciennes (Yvelines) s’est consumé lundi 27 novembre, rapporte le quotidien Le Parisien. Le 17 novembre, deux compteurs Linky avaient brûlé à Toulouse en raison d’un problème de serrage, a expliqué Enedis. La filiale d’EDF chargée de gérer le réseau d’électricité a tenté de minimisé ces incidents.

Comment fonctionne le compteur Linky ?

EDF décrit ainsi son processus de fonctionnement :

  1. le compteur enregistre votre relevé de consommation ;
  2. il transmet directement ces données à Enedis ;
  3. Enedis les communique à votre fournisseur d’électricité (EDF ou un autre) ;
  4. le fournisseur calcule le montant de votre prochaine facture à partir du relevé de consommation et non d’une estimation.

Quand sera-t-il déployé dans toute la France ?

Après une expérimentation, le compteur Linky a été déployé à partir de la fin 2015.

Les mises en place doivent se poursuivre jusqu’à fin 2021. Selon EDF, 34,1 millions de modèles seront alors installés, couvrant la quasi-totalité de la France métropolitaine.

Pour savoir à quelle période les compteurs Linky seront déployés dans votre zone géographique, vous pouvez taper votre code postal sur la plateforme d’Enedis.

Vous êtes averti par courrier, 45 jours à l’avance, de la pose du compteur à votre domicile.

Permet-il de réaliser des économies d’énergie ?

Pour Enedis, c’est précisément l’un des atouts du compteur Linky. Mais les opposants au compteur mettent en doute cet avantage.

La pose du compteur est-elle bien gratuite ?

L’installation du compteur est sans frais pour les usagers.

Des voix critiques craignent toutefois que le tarif d’utilisation des réseaux publics d’électricité (Turpe) augmente. D’après l’Union fédérale des consommateurs (UFC)-Que Choisir, le Turpe représente 36 % de la facture d’électricité.

Est-il attentatoire à la vie privée ?

Plusieurs règles visent à prévenir les possibilités d’atteinte à la vie privée. La Cnil a porté une attention particulière « à la courbe de charge des abonnés ». Selon l’organisme, « une analyse approfondie de cette courbe permet de déduire de nombreuses informations relatives à la vie privée des abonnés (heures de lever et de coucher, périodes d’absence, éventuellement nombre de personnes présentes dans le logement) ». Sauf consentement exprès des abonnés, cette courbe ne peut quitter le compteur.

En outre, comme le rappelle la Commission nationale de l’informatique et des libertés, « le détail des consommations de chaque appareil » dont dispose le foyer ne figure pas dans le relevé transmis par le compteur.

Est-il dangereux pour la santé ?

Pour Enedis, il n’y a aucun danger. Le dispositif « respecte les très restrictives normes sanitaires européennes et françaises », indique la société.

Plusieurs études scientifiques soulignent l’absence de risques. L’Agence nationale de sécurité sanitaire, de l’alimentation et du travail (Anses) a ainsi conclu « à une faible probabilité que l’exposition aux champs électromagnétiques émis par les compteurs communicants engendre des effets sanitaires à court ou long terme », dans un avis publié en décembre 2016.