Environnement : 10 jours pour lutter contre les pesticides

Environnement : 10 jours pour lutter contre les pesticides
62 000 tonnes de produits chimiques sont utilisés chaque année en France. - © Fertnig

La 12e édition de la Semaine pour les alternatives aux pesticides se déroule du 20 au 30 mars. L’occasion de comprendre leurs effets sur la santé et l’environnement, et de découvrir des solutions pour cultiver et consommer sainement.

Ce 20 mars annonce le début du printemps mais aussi le démarrage de la Semaine pour les alternatives aux pesticides. Jusqu’au 30 mars, vous pourrez assister à divers événements dans toute la France pour mieux comprendre les enjeux environnementaux et sanitaires des produits phytosanitaires et connaître les alternatives possibles.

Cette opération se déroule chaque année symboliquement au début du printemps, cette période étant marquée par la reprise des épandages de pesticides. L’événement est important car la France fait figure de mauvaise élève en Europe, classée deuxième dans l’utilisation des pesticides derrière l’Espagne. D’après les données de l’association Générations futures, 62 000 tonnes de produits chimiques sont utilisés chaque année, 90 % étant pulvérisés dans dans l’agriculture conventionnelle (non bio).

L’agriculture bio (AB) continue de faire des progrès. Ce mode de production agricole exclut le recours à tout produit chimique de synthèse ainsi qu’aux OGM. Par rapport à 2015, les surfaces agricoles utiles (SAU) en bio ont progressé de 16 %. Et au premier semestre 2016, on recensait 21 fermes bio créées par jour.

Un avenir sans pesticides est possible

Pour Générations futures, qui coordonne l’événement depuis ses débuts en 2006, il est urgent de développer et de rendre visible les alternatives aux pesticides. Chaque année, de nouvelles organisations se joignent à l’opération. Aujourd’hui, elles sont une cinquantaine, nationales et internationales, parmi lesquelles Greenpeace, La Confédération paysanne, des entreprises comme Biocoop et même des associations de parents d’élèves. Collectivités locales, associations, agriculteurs et jardiniers sont également mobilisés.

Conférences, débats, projections de films, visites de fermes, atelier cuisine, balades découvertes… des centaines d’événements sont prévus sur tout le territoire mais également à l’étranger (Belgique, Italie, Angleterre, Espagne, Argentine, Togo…).

De nombreux thèmes abordés

La question des pesticides est vaste, aussi, vous trouverez parmi les thèmes abordés : l’agriculture biologique, l’agriculture urbaine, l’alimentation saine, la protection de la biodiversité dont les pollinisateurs, des sols, de l’eau, la promotion du bio dans les cantines, les impacts sanitaires des perturbateurs endocriniens ou encore l’application du « Zéro phyto » dans les communes.

En effet, depuis le 1er janvier 2017, la loi dite « Labbé » interdit l’utilisation de produits phytosanitaires pour l’entretien des espaces publics (espaces verts, parcs, promenades, forêts, voiries). Le documentaire « Zéro phyto 100 % bio » du réalisateur Guillaume Bodin, sur les communes qui n’ont pas attendu le 1er janvier pour promouvoir les alternatives aux pesticides, fera d’ailleurs l’objet d’une trentaine de projections en avant-première (sortie nationale le 8 novembre).

Le 1er janvier 2019, ce sera au tour des jardiniers amateurs de ne plus pouvoir détenir de produits phytosanitaires chez eux. Leur commercialisation sera interdite. Aussi, vous pouvez dès à présent vous familiariser aux techniques de jardinage naturel en participant aux ateliers prévus durant ces dix jours.

Une brochure pédagogique passant en revue les différentes alternatives existantes en agriculture sera largement diffusée. Vous pouvez également la télécharger ici.

La soirée de clôture de la Semaine, le 30 mars à Paris, sera consacrée aux propositions des principaux candidats à la présidentielle en matière d’agriculture et d’environnement.