Faut-il respecter les dates limites de consommation ?

Page 1 / 3
Faut-il respecter les dates limites de consommation ?

De temps à autre, par mégarde ou par insouciance, il arrive que l'on mange un produit qui a dépassé la date limite de consommation (DLC). Cette attitude n'est pas exempte de risques.

En règle générale, tous les professionnels de la santé déconseillent de prendre des libertés avec les dates limites de consommation, car tout "dépassement" entraîne un risque pour la santé.

Par ailleurs, la DLC n'est plus fiable dès lors qu'un produit a été entamé : il faut alors le consommer dans les 48 heures, qu'il s'agisse de charcuterie, de lait ou de jus de fruit.

Dépasser la DLC : un risque réel concernant les produits congelés

En outre, la congélation d'un produit "limite" ou dont la DLC est dépassée est totalement déconseillée, car, si la congélation stoppe la multiplication des bactéries déjà présentes, elle ne les tue pas. Pire, lors de la décongélation, la prolifération microbienne reprend et le consommateur risque une intoxication alimentaire.

La législation est complexe. L'article R. 119-5 du Code de la consommation précise seulement que l'étiquetage des produits alimentaires doit comporter "la date jusqu'à laquelle la denrée conserve ses propriétés spécifiques ainsi que l'indication des conditions particulières de conservation".

DLC et DLUO : quelle différence ?

Les industriels ont traduit la réglementation en distinguant deux définitions : la date limite de consommation (DLC) et la date limite d'utilisation optimale (DLUO).

C'est la notion de "risque" qui marque la différence entre un produit portant une date limite "de consommation", pour lequel il est indiqué en clair "à consommer jusqu'au… ", et un autre doté d'une date "d'utilisation optimale", portant la mention "à consommer de préférence avant…".

En effet, la DLC est obligatoire pour les produits périssables, dont la consommation au-delà de cette date peut présenter un danger immédiat pour la santé : salmonellose, gastro-entérite, listériose, botulisme, infection aux staphylocoques, aux mycotoxines…

La DLUO n'est, elle, qu'indicative. Au-delà, la denrée peut avoir perdu de ses qualités, mais elle ne présente pas nécessairement une menace pour la santé : le café perd son arôme, la teneur en vitamines du lait infantile en poudre faiblit, une pâtisserie devient sèche…

Cependant, dépasser une DLUO n'est pas dépourvu de risque. Qu'il s'agisse de DLC ou de DLUO, une règle d'or prévaut : il faut les respecter et dans tous les cas éviter de consommer un produit visiblement périmé.

6 RÉACTIONS À L'ARTICLE
Vendredi 22 avril 2011
bonjour mon boudin noir

bonjour mon boudin noir indique une dlc au 24 04 2011 mon contrat date et de 2 jours kan dois je l enlever le 21 au soir ou le 22 au soir merci

Par octopus56 Vendredi 11 février 2011
Si un produit frais, comme une viande est cuite quelques jours avant sa DLC, la cuisson permet elle de rallonger la DLC ??
Par pffff Jeudi 15 avril 2010
Fut un temps les DLC n'existaient pas et c'était aussi bien pour mon porte-monnaie

Fut un temps les DLC n'existaient pas et c'était aussi bien pour mon porte-monnaie je cours vers ces produits!!! quand on pense que des personnes fouillent les poubelles pour manger

Par klodya86 Samedi 25 juillet 2009
Je suis bénéficière de la banque alimentaire. Il est courant de recevoir des produits comme le lait et les yaourts qui ont une DLUO dépassée ou proche d'être dépassée. Mais jusqu'où peut-on aller pour le lait 1 mois, 2 mois, 3 mois? les infos sont contradictoires.
Par alouette63 Dimanche 27 avril 2008
c'est bien expliqué et le message est claire. En plus je trouve la reponse aux questions que je me posé.merci d'avoir crée ce site car il nous donne des conseils pour bien alimenter nos enfants.
Votre pseudonyme apparaîtra en signature de votre réaction.
Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.


Règles de conduite

  • Tous les propos contraires à la Loi sont proscrits.
  • La publicité commerciale n'est pas autorisée.
  • En réagissant à cet article, vous autorisez la publication en ligne de votre contribution.
  • Une orthographe et une mise en page soignées facilitent la lecture : évitez majuscules et abréviations, pensez aux accents.
* Champ obligatoire