Épargner pour acheter un bien immobilier

Acheter un bien immobilier : investir moins de 200 000 euros
Six français sur dix sont propriétaires de leur logement. Pourquoi pas vous demain ? - © paulprescott72

Six français sur dix sont propriétaires de leur logement. Pourquoi pas vous demain ? Dans ce cas, commencez dès maintenant à remplir un bas de laine.

Locataire, vous souhaitez acquérir votre résidence principale. Vous sécuriserez ainsi votre avenir sur le plan financier : après le remboursement de votre crédit, votre budget consacré au logement diminuera, ce qui générera un gain appréciable au moment de votre retraite, synonyme de baisse de revenus.

Si vous cédez vos droits à prêt issus de votre PEL à votre enfant ou à un parent détenant un PEL de plus de trois ans, il obtiendra un prêt plus important et/ou d’une durée plus longue.

Pour l’heure, votre objectif est d’épargner en vue de constituer un apport, indispensable à la concrétisation de votre projet immobilier.

Le PEL reste utile

Le plan épargne logement (PEL) reste encore attractif, même si sa rémunération a baissé de 2,5% brut (2,11% net) à 2% brut (1,69% net) le 1er février dernier.

Après une phase d’épargne de quatre ans au minimum, vous pourrez demander un prêt épargne logement d’une durée de deux à quinze ans, mais rien ne vous y oblige. Son montant est calculé en fonction des intérêts acquis durant la phase d’épargne, dans la limite de 92000€.

PEL
Niveau de risque : – – –
Rentabilité : + +
Horizon de placement : 4 ans
Rémunération : 1,69 % net (fixée à l’ouverture)
Disponibilité : épargne mobilisable après 2 ans (mais clôture du PEL)

Le taux du prêt pour les PEL ouverts depuis le 1er février 2015, fixé à 3,20% (hors assurances), reste élevé par rapport à ceux du marché actuel, mais il se révélera peut-être attractif dans quelques années. D’autant que l’octroi d’un crédit déclenche le versement d’une prime égale à la moitié des intérêts acquis, dans la limite de 1000€.

Le prêt et l’épargne du PEL sont considérés comme de l’apport personnel par les banques.” Cyril Blesson, de la société Pair Conseil.

Compte tenu de la baisse des taux d’intérêt des crédits immobiliers et de la hausse des prix des logements, le PEL est peu adapté à une acquisition dans une grande ville. Il convient plus à un achat dans une commune où les prix sont moyens, par une personne aux revenus insuffisants pour bénéficier d’un emprunt classique intéressant.” David Charlet, président de l’Association nationale des conseils financiers