Un mois pour payer moins d’impôts

Cinq dispositifs fiscaux avantageux permettent de diminuer votre addition fiscale en 2018. - © artursfoto

Il est encore temps d’engager certaines dépenses pour diminuer votre addition fiscale en 2018 sur vos revenus de 2017. Voici cinq dispositifs avantageux et sans risque.

RECOURIR AUX SERVICES À LA PERSONNE

Qui ? Tous les foyers fiscaux, quelle que soit leur situation professionnelle : actifs, chômeurs, retraités... Il convient d’employer une personne chez soi, dans sa résidence principale ou secondaire, ou passer par un organisme agréé de services à la personne qui enverra quelqu’un chez vous. Vous pouvez en profiter aussi bien pour des services réguliers – une femme de ménage ou une nounou employée toute l’année – que pour des services ponctuels. Pensez-y si vous avez besoin de main-d’œuvre pour ramasser les feuilles mortes de votre jardin, souhaitez donner des cours de remise à niveau à vos enfants ou vous offrir des cours de cuisine, de musique ou un coach personnel sport et nutrition...

Conditions : vos dépenses (salaire + charges sociales ou facture réglée à l’organisme de services à la personne) sont retenues dans la limite d’un plafond annuel de 12 000 euros, majoré de 1 500 euros par personne à charge ou par membre du foyer fiscal de plus de 65 ans, sans pouvoir dépasser 15 000 euros. Ces plafonds sont respectivement portés à 
15 000 euros et 18 000 euros dès lors que vous employez la première fois un salarié en direct, c’est-à-dire sans passer par un organisme prestataire. Ce plafond s’élève à 20 000 euros pour les contribuables invalides ou qui ont une personne invalide à leur charge.
 À l’intérieur de ces plafonds, certaines dépenses ne sont retenues que dans la limite de sous-plafonds spécifiques : 5 000 euros pour les petits travaux de jardinage,
 3 000 euros pour les dépannages informatiques et Internet, et 500 euros pour les petits travaux de bricolage, dans la limite de 2 heures par intervention.


Montant de l’avantage fiscal : le crédit d’impôt accordé à tous les ménages, y compris les retraités, est égal à la moitié des dépenses engagées, dans la limite des plafonds indiqués ci-dessus. Ainsi, il peut atteindre 9 000 euros pour une famille avec deux enfants ou un couple de personnes de plus de 65 ans qui embauche pour la première fois, en 2017, un ou plusieurs salariés en direct. Si le montant du crédit d’impôt dépasse le montant de votre impôt à payer, l’excédent vous sera remboursé !

ENGAGER DES TRAVAUX EN FAVEUR DE LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE


Qui ? Tous les ménages, sans condition de ressources, qu’ils soient propriétaires, locataires ou occupants à titre gratuit de leur résidence principale et qui veulent réaliser des travaux d’isolation thermique, changer de chaudière ou de chauffe-eau, installer un insert ou une pompe à chaleur, poser des doubles vitrages... Il faut que les matériaux ou équipements choisis soient économes en énergie et/ou utilisent des sources d’énergie renouvelable (solaire, éolien, hydraulique) et respectent des critères de performance énergétique très précis.

Conditions : le logement doit être achevé depuis plus de deux ans. Les matériaux et équipements doivent être fournis et installés par un professionnel disposant du label « reconnu garant de l’environnement » (RGE). Sur le site renovation-info-service.gouv.fr, un annuaire est accessible. Vous ne pouvez pas en bénéficier pour des équipements que vous avez achetés vous-même, même si vous avez recours à un professionnel pour les installer. Les travaux doivent être réalisés avant le 31 décembre 2017 et il convient d’avoir réglé la totalité de la facture en 2017 ou d’avoir payé un premier versement en cas de paiement échelonné. Il est impossible de profiter du crédit d’impôt l’année prochaine si vous avez seulement versé un acompte en 2017 lors de l’acceptation du devis.

Montant de l’avantage fiscal : le crédit d’impôt est égal à 30 % du prix d’achat TTC des équipements et matériaux, tel qu’il apparaît sur la facture de l’entrepreneur ; les frais de main-d’œuvre n’entrent pas en ligne de compte sauf pour les travaux d’isolation thermique des murs, toits et planchers. Ces dépenses sont retenues dans la limite d’un plafond de 8 000 euros pour les personnes seules et de 16 000 euros pour les couples mariés ou pacsés, et lissées sur une période de cinq années consécutives. Ce plafond est majoré de 400 euros par personne à charge.

DONNER À DES ASSOCIATIONS

Qui ? Tous les foyers fiscaux qui veulent aider les plus démunis, soutenir une cause qui leur tient à cœur... Votre aide peut prendre la forme d’un don en argent.


Conditions : les versements doivent être effectués au profit de certains organismes d’intérêt général, parti politique, association ou fondation reconnue d’utilité publique qui présentent un caractère philanthropique, éducatif, humanitaire, social, culturel.

Montant de l’avantage fiscal : le montant de la réduction d’impôt dépend du type d’organisme auquel le don est effectué.
 Les dons au profit d’organismes d’aide aux personnes en difficulté permettent de bénéficier d’une réduction d’impôt égale à 75 % des sommes versées et qui sont retenues dans la limite de 531 euros. Soit une réduction maximum de 398 euros.
 Pour les dons consentis aux autres organismes et aux dons versés à des structures d’aide aux personnes en difficulté dépassant la limite de 531 euros, la réduction est égale à 66 % des sommes versées, retenues dans la limite de
 20 % du revenu imposable. Si vous dépassez cette limite, le surplus est reportable sur les cinq années suivantes et vous permet de bénéficier de la réduction d’impôt dans les mêmes conditions.

ALIMENTER UN PLAN D’ÉPARGNE RETRAITE POPULAIRE (PERP)

Qui ? Tous les futurs retraités, quel que soit leur statut professionnel, et même s’ils n’exercent aucune activité professionnelle, mais sous réserve qu’ils soient imposables.

Conditions : pour chaque membre du foyer fiscal, les sommes versées en 2017 sur un PERP viennent en déduction du revenu imposable, dans la limite d’une somme égale à 10 % de vos revenus professionnels, nets de frais, de 2016, avec un plancher de 3 862 euros pour les personnes sans activité professionnelle ou dont les revenus professionnels de 2016 étaient inférieurs à 38 616 euros (soit le plafond annuel de la Sécurité sociale 2016) et avec un plafond de 30 893 euros.

Montant de l’avantage fiscal : l’économie d’impôt résultant de la déduction des sommes versées sur votre PERP dépend de votre taux marginal d’imposition. Par exemple, pour 5 000 euros versés sur un PERP, votre économie est de 700 euros si votre tranche marginale est de 14 %, mais de 2 250 euros si vous atteignez la tranche la plus élevée à 45 %.

AIDER UN ENFANT MAJEUR

Qui ? Des parents qui aident un enfant majeur dans le besoin, c’est-à-dire un enfant qui ne peut pas s’assumer parce qu’il est étudiant, au chômage mais pas indemnisé par Pôle emploi, ou qui enchaîne des petits boulots précaires et mal payés. Peu importe son âge et la forme de l’aide : vous pouvez lui verser de l’argent et/ou l’héberger sous votre toit.

Attention, s’il a moins de 22 ans ou moins de 25 ans s’il est étudiant, votre enfant ne doit pas être rattaché à votre foyer fiscal.

Conditions : vous devez être en mesure de justifier de l’état de besoin de votre enfant et de l’aide que vous lui apportez en présentant, à la demande du service des impôts, des justificatifs de vos dépenses. Par exemple, si vous octroyez de l’argent tous les mois à votre enfant, le mieux est de recourir au virement pour garder une trace de vos versements. Sachez toutefois que si vous hébergez votre enfant toute l’année sous votre toit, vous pouvez déduire une somme forfaitaire de 3 411 euros par an (chiffre applicable à l’imposition des revenus de 2016 et revalorisé chaque année) au titre de vos frais de nourriture et de logement sans avoir à fournir de justificatifs.

Montant de l’avantage fiscal : les sommes versées à votre enfant sont déductibles de votre revenu imposable à hauteur de 5 738 euros par an (chiffre applicable à l’imposition des revenus de 2016). Si vous n’aidez votre enfant qu’une partie de l’année, ce plafond est réduit au prorata du nombre de mois concernés. Si vous soutenez financièrement un enfant marié ou pacsé, ce montant est doublé, à condition que la famille de votre beau-fils ou de votre belle-fille n’ait pas participé à l’entretien du couple. Il est également multiplié par deux si vous aidez un enfant chargé de famille, quel que soit le nombre de petits-enfants.

Réduction d’impôt, crédit d’impôt : quelle différence ?

Un avantage fiscal peut être accordé sous forme de réduction d’impôt, de crédit d’impôt ou de déduction du revenu. Cela n’a pas le même impact sur le montant de l’impôt à payer. Avec une réduction ou un crédit d’impôt, l’économie est la même pour tous les foyers fiscaux. Cependant, si le montant de votre réduction d’impôt dépasse celui de l’impôt à payer, le surplus est perdu, alors que si le montant du crédit d’impôt excède celui de l’impôt à payer, le surplus vous sera remboursé. Enfin, avec un avantage accordé sous forme de déduction du revenu, l’économie d’impôt diffère selon les ménages : elle est d’autant plus élevée que vous êtes fortement imposé.