Impôts 2014 : déduction de la pension alimentaire versée à un ascendant

Impôts 2014 : déduction des versements sur un Perp

Les dépenses engagées pour aider un ascendant sont déductibles, sous conditions, de vos revenus imposables.

Si vous aidez vos parents ou grands-parents dans le besoin en leur versant régulièrement de l’argent ou en prenant en charge certains frais (sommes versées à une maison de retraite, à un établissement de soins), vous pouvez déduire les sommes correspondantes de votre revenu imposable.

Le montant retenu n’est pas plafonné, mais il doit être cohérent avec les besoins de vos parents et vos possibilités de versement.

Si vous hébergez un ascendant

Si vous hébergez vos parents, vous pouvez déduire les dépenses que vous avez réellement supportées.

Toutefois, à titre de simplification, si votre parent est sans ressources ou s’il a plus de 75 ans et perçoit des revenus inférieurs au plafond de ressources pour recevoir l’allocation de solidarité aux personnes âgées (Aspa : 9 447,21 € pour une personne seule, 14 667,32 € pour un couple), vous pouvez déduire une somme forfaitaire de 3 386 € par ascendant, sans avoir de justificatifs à fournir.

Le cas échéant, les autres dépenses sont déductibles pour leur montant réel et justifié.

Le salaire de l'aide à domicile

Enfin, si vous avez pris en charge le salaire de la personne qui travaille au domicile d’un de vos parents ou grands-parents remplissant les conditions pour bénéficier de l’allocation personnalisée d’autonomie (APA), vous pouvez soit déduire cette somme de votre revenu imposable en tant que pension alimentaire, soit bénéficier de la réduction d’impôt pour emploi d’un salarié à domicile. Mais vous ne pouvez pas cumuler les deux avantages.

Le parent aidé est fiscalisé

Contrairement à un enfant qui ne déclare les sommes reçues que dans la limite de celles déduites par son parent (5 698 € ou 11 396 €), un ascendant déclare la totalité de ce qu’il reçoit.

Toutefois, s’il ne dispose que de très faibles revenus, il n’a pas à déclarer les frais de maison de retraite ou d’hospitalisation réglés par ses enfants.