Compte joint : mesurez les risques

Page 1 / 2
Compte joint : mesurez les risques

Pratique pour régler les dépenses communes, le compte joint a été adopté par de nombreux couples. Mais quand la discorde s'installe ou que le découvert se creuse, il faut agir vite.

Un compte pour deux… Le compte joint a le mérite de simplifier la vie de tous ceux qui souhaitent faire "pot commun" pour certaines dépenses.

Il n'est pas réservé aux couples, mais beaucoup d'entre eux, mariés ou non, l'ont adopté. Il s'agit en effet tout simplement d'un compte bancaire au nom de plusieurs personnes (deux le plus souvent).

Particularité : vous signerez tous les deux une convention de compte joint, qui détaille ses modalités de fonctionnement.

Un fonctionnement très souple

Sur votre compte joint, vous pouvez recevoir chacun un chéquier, libellé en général au nom de monsieur ou madame, ou à vos noms et prénoms respectifs si vous n'êtes pas mariés.

Vous pouvez également demander chacun une carte bancaire.
Vous avez tous deux le droit de faire sur ce compte toutes les opérations que vous souhaitez (déposer de l'argent, émettre des chèques, faire des retraits, payer par carte, faire opposition…) de votre propre initiative, sans l'accord de l'autre, exactement comme si vous en étiez seul titulaire.

Vous pouvez aussi ouvrir un compte au nom de monsieur ET madame. Mais, dans ce cas, vous devrez cosigner tous les deux chaque opération réalisée sur le compte, ce qui est plus contraignant.

Le compte joint peut être votre seul compte, sur lequel par exemple vous ferez verser votre salaire. Mais ce n'est pas une obligation. Vous pouvez conserver à côté un compte personnel et virer seulement sur le compte joint, tous les mois par exemple, le montant nécessaire pour financer les dépenses communes.

Décès : le compte joint continue à fonctionner

Pratique au quotidien, le compte joint l'est aussi dans les moments graves, et notamment si l'un de vous décède. Tous les comptes personnels du disparu seront en effet automatiquement bloqués, et ne pourront plus servir à régler les dépenses courantes. Mais le compte joint, lui, continuera de fonctionner.

Le survivant est libre de s'en servir, aussi longtemps que les héritiers du défunt ne s'y opposeront pas. Car ces derniers ont le droit de demander à la banque de le bloquer. Le notaire peut aussi être chargé de cette démarche.

Attention ! Même si le survivant continue à se servir du compte, l'argent qui s'y trouve ne lui appartient pas pour autant en totalité. La moitié des sommes qui y figuraient au jour du décès est présumée appartenir au défunt et donc faire partie de sa succession. Le cotitulaire du compte peut certes disposer de cet argent, mais il devra le restituer aux héritiers lors du règlement de la succession. Sauf s'il prouve que ces fonds lui appartenaient en partie ou en totalité.

3 RÉACTIONS À L'ARTICLE
Par denidemoun Jeudi 14 février 2013
décès d'un conjoint

je voudrai savoir si un compte titres ouvert au nom de monsieur ou madame peut continuer à fonctionner après le décès d'un conjoint?

Par ka Vendredi 13 avril 2012
credit

mon conjoint a fait un crédit à notre banque sur notre compte joint sans m'en avertire
la banque ne devait elle pas me demander ma signature
merci
ka

Par camille Mardi 18 mars 2008
au décès d'un des conjoint est ce que tous les héritiers ont un droit de regard sur les différents compte du survivant ? pourquoi une personne qui a la procuration doit faire figurer son nom sur les relevés de compte ?
Votre pseudonyme apparaîtra en signature de votre réaction.
Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.


Règles de conduite

  • Tous les propos contraires à la Loi sont proscrits.
  • La publicité commerciale n'est pas autorisée.
  • En réagissant à cet article, vous autorisez la publication en ligne de votre contribution.
  • Une orthographe et une mise en page soignées facilitent la lecture : évitez majuscules et abréviations, pensez aux accents.
* Champ obligatoire