Allocations familiales : les hausses et les baisses au 1er avril 2014

   |  Réactions (12)
Allocations familiales : avantages aux familles modestes

Certaines allocations familiales sont revalorisées à partir du 1er avril 2014, tandis que d'autres sont gelées, voire même diminuées pour les foyers aisés. Ces mesures sont issues de la loi de financement de la Sécurité sociale pour 2014, publiée le 24 décembre 2013.

Allocations familiales : + 0,6 %

Les allocations familiales ont augmenté de 0,6 % au 1er avril 2014 pour tenir compte de l’inflation. Ainsi, leur montant s’élève à

  • 129,35 € par mois pour les familles avec deux enfants ;
  • 295,05 € par mois pour les familles avec trois enfants ;
  • 460,77 € par mois pour les familles avec quatre enfants.

Le complément familial : hausse pour les familles modestes

Le complément familial est versé dès le 3e enfant en fonction des ressources de la famille.

Il s’élève à 168,35 € par mois au 1er avril 2014 (au lieu de 167,34 € en 2013) et 185,20 € pour le montant majoré.

En effet, le gouvernement avait annoncé en juin 2013 une majoration progressive du complément familial de 50 % d’ici à 2018.

Allocation de soutien familial : + 5 %

Versée aux personnes ayant à charge au moins un enfant et qui ne reçoivent pas ou très peu de pension alimentaire, l’allocation de soutien familial est revalorisée au 1er avril 2014. Son montant est de :

  • 95,52 € par mois par enfant à charge si vous élevez seul votre enfant (au lieu de 90,40 € en 2013) ;
  • 127,33 € par mois par enfant à charge si vous avez recueilli un enfant privé de l’aide de ses deux parents (au lieu de 120,54 € en 2013).

Il est prévu que l’allocation de soutien familial soit majorée de 25 %, en plus de l’inflation, d’ici à 2018.

Allocation de rentrée scolaire : + 0,6 %

Attribuée sous conditions de ressources aux parents ayant un ou plusieurs enfants scolarisés (écoliers, étudiants, apprentis âgés de 6 à 18 ans), l’allocation de rentrée scolaire est revalorisée au 1er avril 2014. Son montant est de :

  • 362,63 € pour les 6-10 ans (au lieu de 360,47 € en 2013);
  • 382,64 € pour les 11-14 ans (au lieu de 380,36 € en 2013);
  • 395,90 € pour les 15-18 ans (au lieu de 393,54 € en 2013).

Le versement de l’allocation de rentrée aura lieu en août 2014 en une seule fois.

L'allocation de base de la Paje réduite pour les familles aisées

L'allocation de base de la Prestation d'accueil du jeune enfant (Paje) est versée pour chaque enfant de moins de 3 ans, aux familles dont les revenus ne dépassent pas certains plafonds.

L'allocation de base est divisée par deux pour les familles dont les ressources dépassent un plafond (48 000 € par an pour un couple avec deux revenus et deux enfants).

Son montant au 1er avril 2014 est de :

  • 92,31 € pour les ménages dont les ressources dépassent le plafond ;
  • 184,62 € par mois pour les autres ménages. Son montant est inchangé.

Cette mesure s'applique à partir du 1er avril 2014 pour les enfants nés après cette date, et à compter du 1er avril 2017 pour l’ensemble des autres enfants.

Elle concernera envrion 180 000 familles, selon la Caf.

L'allocation de base et la prime de naissance gelées

Par ailleurs, le montant de l'allocation de base est gelé à partir du 1er avril 2014. Il ne sera revalorisé que lorsque le complément familial atteindra le même montant.

Les montants de la prime de naissance et d'adoption sont également gelés.

1,9 million de familles seront impactés par cette mesure.

Le complément de libre choix d’activité (CLCA) majoré supprimé

Le CLCA majoré est versé aux parents qui prennent un congé parental, et qui ne bénéficient pas de l’allocation de base de la Paje.

Le CLCA majoré est supprimé pour les enfants nés à compter du 1er avril 2014. Sous réserve de remplir les condition d'obtention, les parents des enfants nés après le 1er avril 2014 pourront bénéficier du CLCA de base.

Autre modification, le bénéfice du CLCA sera désormais ouvert aux non salariés travaillant à temps partiel, à la condition que leur activité ne procure pas une rémunération supérieure à un montant (défini par décret).

Auteur : Elisabeth Périé et Anne-Gaëlle Nicolas-Koch

12 RÉACTIONS À L'ACTU
Par Gaga Mardi 15 avril 2014
Moins

Je desirr que ce nest pas en critiquant les familles demunies que c est la fautes a eux qu on est en crise le probleme est si on paierai moins les deputes cela ferait un gros benefice et on sortirait de la crise environ 1000euros par mois par depute comptes et tu verra

Par raspucci Jeudi 10 avril 2014
Futur Président

Je confirme: Samuel1986 Président de la République !

Par maman67 Lundi 31 mars 2014
Les réponses d'aides devraient être faites en pourcentage et non en paliers qui nuisent à l'égalité

En réponse à Sam, je suis tout à fait d'accord que les réponses d'aides devraient être faites en pourcentage et non en palier. Là oui les paliers nuisent à l'égalité et à la proportionnalité d'aides juste entre les familles. Et certains abuses et d'ailleurs quel sujet sensible en France ... Pour ce qui est du travaille des femmes n'oublions pas qu'avant les mamans avaient plusieurs enfants et toutes la charge que cela impose...L'homme parvenait à remplir le porte feuille seul. Et je ne pense pas que la femme soit un être moins important pour autant . La politique a surtout profiter du vouloir de l'égalité homme femme pour que cela deviennent une nécessité pour la femme de travailler ou à défaut de la garder avec un minimum financier.Cela mélanger au gros appétit des grandes anseignes via e made in china ou made in pakistan ouè oh SUPER UN HAUT A SEULEMENT EUROS ...TIENS POURQUOI L'USINE FERME EN FRANCE LOL S'occuper le l'éducation, des soins et des repas de ses enfants et du papa ....être nounou, assistante maternelle, cuisinière, animatrice, femme de ménage, petite infirmière sont les métiers d'une maman et surtout prendre le temps de donner de l'amour. Quoi de plus chouette que d'avoir maman près de soit lorsque ce désir est partagé. Mais si monsieur souhaite gagner plus, il est obliger de ne pas faire trop faire d'heures selon les texte de loi idem si maman travaille et souhaite arrondir les fin de mois...TROP FORT!! Perso je lutte à ma façon contre le made in china qui contribue nettement à la disparition des petits commerçants sympathiques des coin de rue. et donc de l'emploi (je ne parle pas de certain resto rapide qui permettent d'acheter des BM au bout d'un mois...) Je privilégie les choses d'occasion qui permettent de garder plus de pouvoir d'achat dans le pays et sa créer du lien... Acheter français ou à défaut européen (pour les personnes qui le peuvent)et rachetons ces produits d'occasion pour les personnes moins aisées aux précédentes personnes. Moins de made in china et plus de made in France ....un début de solution à porter de tous qui arrange tout le monde... Mais sans grande réformes politique dur dur ET LE SENTIMENT D' INÉGALITÉ CONTINURA ENFIN BREF BONNE CONTINUITE A VOUS

Par mimosette Lundi 31 mars 2014
s'il y avait une recette miracle cela se saurait !

Samuel1986 Président de la République !

Par Samuel1986 Dimanche 30 mars 2014
Trop d'aides tue les aides

A force de créer des aides en toute sorte , on ponctionne toujours plus ceux qui travaillent . On déshabille Pierre pour habiller Jacques comme le dit le proverbe ... AUjourd'hui au moins 1/4 des Français vivent des aides sociales , ce qui montre bien qu'on a un sérieux problème en France .
Il faudrait tout simplement supprimer dans les 12 mois toutes les aides que sont les APL (subvention aux loyers élevés) , RSA , allocations familiales , allocation rentrées ... Cela représentera 100 milliards d'impôts en moins . Il faut réduire le smic à 300/400 euros, embaucher en masse des médecins , infirmiers , policiers , renforcer les centres de formations permettant d'apprendre des métiers UTILES et QUALIFIES . L'économie du pays repartira quand le taux de chômage du pays passera à moins de 4 % des actifs , ne surtout pas repousser l'âge de la retraite pour embaucher des jeunes , fixer le montant de la retraite sur le coût de la vie du moment (si le salaire moyen passe de 1600 e à 800 e , réduction des pensions de retraite , invalidité , handicap , bourses étudiantes ... de moitié) , veiller à ce que le prix des denrées alimentaires , santé , éducation , équipement ménages , logements ... suivent cette tendant baissière pour ne pas affamer la population . Les impots doivent baisser de moitié , la dette publique et territoriale remboursée intégralement par ponction des richesses de la population et obliger les dirigeants à rendre des comptes pour le gestion (pour empêcher une prochaine gabégie) .

Quand les prix maintenus artificiellement élevés auront baissé , l'économie se sera assainie . Il faut aussi inciter à une France de propriétaire (gage d'indépendance financière) , punir sévèrement toute forme de délinquance qui coûte chère et investir dans l'énergie la plus propre et indépendante pour notre pays possible . La Défense militaire doit rester avec la recherche technologique et médicale un domaine où il faut poursuivre les investissements .

Les oisifs devront travailler pour se nourrir , c'est dans l'intérêt du pays et de leur amour propre , les chances pour avancer dans la société également .

Votre pseudonyme apparaîtra en signature de votre réaction.
Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.


Règles de conduite

  • Tous les propos contraires à la Loi sont proscrits.
  • La publicité commerciale n'est pas autorisée.
  • En réagissant à cet article, vous autorisez la publication en ligne de votre contribution.
  • Une orthographe et une mise en page soignées facilitent la lecture : évitez majuscules et abréviations, pensez aux accents.
* Champ obligatoire