Offrez-vous une cure de vitamines !

Offrez-vous une cure de vitamines !

Vitamines, coktails anti-fatigue, caféine… sont efficaces, à condition de les consommer avec modération. L'abus peut vous mettre en danger.

Examens, compétitions, coups de fatigue… “Que dans de telles circonstances on ait recours passagèrement à des substances stimulantes (accessibles en pharmacie sans ordonnance) pour tenir le coup, c'est compréhensible et pas vraiment nocif !” dit en substance le Dr Patrick Laure, chercheur à la faculté de Nancy dans le domaine des produits de la performance.

Si elles sont efficaces pour donner un coup de fouet temporaire, leur utilisation régulière, et souvent outrancière, sans avis médical est dangereuse. Elle entraîne, en effet, des dépendances, source de complications graves.

Le magnesium contre la fatigue

Parmi les produits stimulants antifatigue (20 000 à 25 000 boîtes vendues par jour en pharmacie), seuls ceux à base de magnésium, prescrits par un médecin, sont remboursés en partie par la Sécurité sociale. Les “antiasthéniques”, qui prétendent lutter contre la fatigue, sont pour la plupart en vente libre, et se composent essentiellement de vitamines (A, E, C, B, D et PP), d'acides aminés (arginine), de minéraux (cuivre, manganèse, fer, phosphore, calcium, potassium).

Lorsqu'ils agissent efficacement, ces produits deviennent insidieusement des “béquilles” pour surmonter toutes les pollutions et vicissitudes de la vie ordinaire. Et l'habitude s'installe dangereusement.

Spécialistes dans ce domaine, les tenants de la nutrithérapie ne prescrivent ces éléments qu'en cures courtes et en conseillant parallèlement un rééquilibrage de l'alimentation. Ils mettent en garde contre les mauvaises associations de ces micronutriments et surtout contre la toxicité des vitamines A et D prises en excès.

Vitamines : ne pas dépasser la dose

Inutile de vous gaver de vitamines dans l'espoir de meilleurs résultats, car ce qui n'est pas utilisé par l'organisme est éliminé. Ainsi, pour la vitamine C, par exemple, le corps n'en réclame que 80 à 100 mg par jour, soit l'équivalent de deux oranges. Un bon conseil : ne dépassez pas la posologie recommandée sur les notices et surtout tenez compte des contre-indications (du type "contre-indiqué en cas de problèmes de calculs rénaux, d'ulcères de l'estomac, de grossesse, d'allaitement…"), souligne le Dr Laure.

En vous bourrant de ces cocktails vitaminiques dans des périodes de méforme, vous gommez les signes de fatigue, mais pas la fatigue ! Un bon repos serait plus utile. Cet excès risque également de masquer pendant un certain temps les signaux d'alerte de problèmes graves qui, détectés plus tôt, seraient moins destructeurs.

La piste des oligoéléments

L'alimentation, diversifiée et équilibrée, est le moyen idéal pour profiter au mieux de ces carburants naturels que sont les vitamines et les oligoéléments.

Ainsi, pour réduire l'anxiété face à des situations ponctuelles stressantes (entretien d'embauche, discours en public…), certaines personnes ont recours à des préparations à base d'oligoéléments, de minéraux, de plantes aux noms déjà rassurants.

“Sont-elles plus actives qu'un simple placebo ?” s'interroge le Dr Laure.

Qu'importe, si elles aident la personne à ne pas “perdre ses moyens” ! De toute façon, elles sont préférables aux tranquillisants qui risquent de les entraîner dans un engrenage redoutable.

Pour ceux qui veulent dynamiser leurs facultés intellectuelles, le ginseng (plante de la médecine chinoise traditionnelle) a actuellement la cote. Tandis que ceux qui désirent activer leur mémoire se tournent vers des compléments alimentaires riches en vitamines E, B9 et en phospholipides.

Attention ! Aucune étude clinique n'a jusqu'à présent montré leur efficacité.

Café : combien de tasses par jour ?

3 à 4 tasses de café par jour représentent des doses raisonnables dites “à effet convivial” ;5 à 6 tasses quotidiennes trahissent la recherche de l'effet stimulant ;9 à 10 tasses relèvent de la dépendance à la caféine.

Les deux derniers dosages peuvent produire des effets indésirables variables selon la sensibilité de chacun. Effets qui vont de la nervosité, l'hyper-excitation, l'insomnie… à l'impuissance chez l'homme.

Boissons énergétiques : utiles ou inutiles ?

De plus en plus de sportifs du dimanche, soucieux d'améliorer leurs performances, sont tentés de boire des “energy-drinks”. Mais “la plupart de ces boissons prétendument énergisantes ne le sont pas et contiennent, en réalité, surtout du sucre et des excitants (caféine, kola, guarana)”, signale le Dr Laure, qui est également médecin du sport.

Il ne faut pas les confondre avec les “boissons de l'effort”, dont la concentration en oligoéléments et minéraux a été étudiée pour que l'eau reste plus longtemps dans le système circulatoire.

Ces dernières peuvent être intéressantes en cas d'efforts prolongés avec forte sudation (marathon). Car, lorsqu'on perd 2 % de son poids en transpirant, on diminue de 20 % ses performances. Cependant, un sportif moyen qui a une alimentation équilibrée et qui se réhydrate souvent n'a pas besoin de tous ces nouveaux produits.